L'actu d'Arvalis Peut-on utiliser des lots faiblement germés pour faire des semences ?

Arvalis-Institut du végétal Terre-net Média

Dans un contexte de germination sur pied, la production de semences, y compris à la ferme, peut s’envisager sous certaines conditions. Face aux conditions exceptionnelles de récolte, Arvalis-Institut du végétal répond aux questions soulevées par la germination des grains de céréales.

Grains de blé.Bonnes conditions de stockage et faculté de germination sont les deux premiers postes à surveiller pour espérer utiliser des grains germés aux prochains semis. (©Terre-net Média)

En vue des semis 2015, il est possible de se servir d’un lot faiblement germé ou à faible temps de chute de Hagberg (Tch) pour faire des semences de ferme, à conditions de prendre quelques précautions.

1. Les conditions de stockage sont primordiales pour la conservation des lots de semences : récolter à une humidité < 15 % et ventiler le lot pour descendre à une température de 15-20°C.

2. Effectuer un test de germination à la récolte pour évaluer la faculté germinative (FG) d’un lot de semences. Si la FG est inférieure à 80 %, le lot n’est pas utilisable pour faire des semences et il faut prévoir obligatoirement des semences certifiées.

La détermination de la FG doit se faire au plus près du semis, en suivant la méthode utilisée par les professionnels dans les stations de semences :

  • prélèvement de 200 ou 400 graines (échantillonnage adapté au lot à tester) ;
  • semis des graines dans du sable ou sur du papier buvard humides et mise au froid (4-5°C) pendant 72h, pour lever toute éventuelle dormance résiduelle ;
  • mise à température ambiante (20°C), puis comptage après une semaine.

La faculté germinative d’un lot de semences est le nombre de plantules normales pour 100 grains. Il ne s’agit donc pas de la capacité germinative qui comptabilise le nombre de graines germées pour 100 grains.

Dans tous les cas, les fournisseurs de semences connaissent bien ce test et sauront vous accompagner cette année. Ce test peut également être confié à un laboratoire spécialisé qui effectuera les mesures dans des conditions strictement contrôlées.

3. Refaire un test de germination en septembre après quelques temps au stockage. Il est en effet très difficile de prévoir le comportement de lots prégermés et l’évolution de leur faculté germinative.

4. Adapter les densités de semis à la faculté germinative du lot selon la formule suivante : grains à semer/m² = objectif de plantes/m² / ((100 – pertes à la levée)/100 x FG/100)).

5. Si un traitement de semences est prévu, le faire au dernier moment, après avoir vérifié la faculté germinative du lot une deuxième fois.

Dans tous les cas, vous pouvez faire confiance à vos fournisseurs de semences qui connaissent bien ces phénomènes et sauront vous accompagner dans cette année délicate pour la production de semences.

Les causes de la dégradation de la faculté germinative sont multiples :

  • présence de fusarioses (F. roseum et M. nivale) : formation de graines mortes ;
  • embryon altéré à la récolte par la casse des grains (grain fragile, comme le blé dur, grains récoltés trop secs, mauvais réglage de la moissonneuse-batteuse) ;
  • début de germination sur pied ;
  • mauvaises conditions de conservation : la décroissance de la FG dans le temps est accentuée. Un lot sec (12-13% d’eau) se conserve à 20°C au moins un an contrairement à un lot humide (> 15% d’humidité) ;
  • l’histoire de la plante porte-graine : influence des stress et de la nutrition sur la capacité ultérieure de la graine à germer ;
  • l’application du traitement de semence : en cas d’excès, l’apport d’eau du traitement peut conduire à un vieillissement prématuré (cas de semences de report traitées).

A lire aussi sur le même sujet : Echos des moissons : L’Ouest à contre-courant des grandes plaines céréalières françaises

Rédaction : Nicolas Bousquet (Arvalis-Institut du végétal)

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous