Un écho des moissons à contre-courant De 75 à 100 quintaux avec 11/13 % en protéines et jusqu’à 84 de PS en France

Terre-net Média

Alors que la qualité de la récolte française de blés meuniers ne semble pas au rendez-vous dans le Bassin parisien et l’Est de la France, dans l’Ouest sur le secteur de la coopérative Terrena et dans le Morbihan c’est une bonne moisson qui s’achève.

La qualité du blé est homogène et aucun incident n'est signalé.La qualité du blé est homogène et aucun incident n'est à signaler. (©Terre-net Média)

« C’est une bonne surprise » explique Olivier Cailleau à la direction Métier du grain de Terrena. « Les niveaux de rendements de nos adhérents sont supérieurs  de 10 à 15 % en moyenne par rapport à l’année dernière. Quand d’habitude on atteint 70 quintaux/ha en blé, cette année, nous sommes à 75/78. »

Avec une zone de collecte répartie sur les départements du Maine-et-Loire, de la Loire-Atlantique, des Deux-Sèvres et de la Vienne, il constate néanmoins une hétérogénéité des rendements liée aux conditions agronomiques de certaines parcelles.

Au-dessus des 220

La qualité du blé est elle aussi au rendez-vous avec des taux de protéines compris entre 11,2 et 11,5 %, homogènes sur les quatre départements de collecte. Le PS moyen est de 76.3, « il s’est affaibli après les week-end orageux des 14, 21 et 28 juillet, sans pour autant trop se dégrader » ajoute le responsable de Terrena.

« Le temps de chute Hagberg est par contre largement au-dessus des 220 s, ce qui nous permettra d’honorer sans problème nos contrats. Nous en sommes au 7 août 2014 à 650.000 tonnes collectées contre 540.000 à la même époque l’an dernier » commente Olivier Cailleau en précisant que son secteur géographique a été épargné par une météo défavorable.

84 de PS et 13,5 de protéines

Pierre Henri Hamon se dit surpris par les rendements et la qualité de la récolte.Pierre-Henri Hamon se dit surpris par les rendements
et la qualité de la récolte. (©Terre-net Média)

Même constat pour Pierre-Henri Hamon, responsable de l’Eta du même nom. Sur son secteur d’activité situé dans le Morbihan, certains rendements en blé « ont dépassé les 95/100 quintaux. Pour beaucoup de clients, ce sont 5 à 10 quintaux supplémentaires cette année. Nous avons récolté des grains aux PS supérieurs à 80 (84 pour le plus haut) et à 13,5 % de protéines pour les meilleurs. C’est assez rare dans notre secteur. Nous sommes plus habitués à récolter dans des conditions humides. »

Chez Pascal Moine, agriculteur et responsable d'Eta dans la Vienne, les rendements ont aussi un bon niveau à 75/80 q/ha et 11.5 % de protéines. C'est le temps de chute Hagberg qui atteint des records à plus de 350. Il se dit chanceux cette année.

Hagberg chute

Dans le Bassin parisien et l'Est de la France, la qualité des blés semble s'être fortement dégradée face à la météo capricieuse du mois de juillet. Dans l'Yonne par exemple, quasiment tous les blés collectés par Cerepy affichent des temps de chute de Hagberg inférieurs à 220 secondes, une situation totalement inédite, qui exclut les débouchés traditionnels de la coopérative des voies de commercialisation possibles.

Pour plus d'information : Germain Bour, Cerepy : « Quels débouchés pour nos 70 % de blé déclassé ? » et Le blé français se dégrade par les intempéries.

A lire aussi sur le même sujet : Dans une mauvaise récolte, les meuniers en quête du bon blé pour le pain - Des meuniers de l'Est de la France, région la plus touchée, se tourneraient vers d'autres régions pour s'approvisionner, en particulier dans l'Ouest où la qualité est paradoxalement meilleure. « Certains opérateurs se tournent vers la Bretagne, alors que d'habitude elle produit essentiellement du blé fourrager », note Hélène Morin, responsable International chez Agritel.

Continuez à suivre la moisson sur Terre-net : Une année très particulière à suivre #Moisson2014


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous