Transition écologique Un « club » de financeurs veut pousser la transition écologique de l'agriculture

Arnaud Carpon, avec AFP Terre-net Média

Plusieurs acteurs français du financement, dont le Crédit Mutuel et Blue Bees, ont lancé vendredi 7 décembre un « club » visant à soutenir le financement de la transition écologique, avec une priorité accordée à l'agriculture. L'objectif de ce collectif est de faciliter le financement, via une proposition financière complète, de projets en faveur de la transition écologique, à hauteur de 100 M€ d'ici 2020.

Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, lors du lancement officiel du club Prosper, au ministère de la transition écologique et solidaire, vendredi 10 décembre 2018.Didier Guillaume, ministre de l'agriculture, lors du lancement officiel du club Prosper, au ministère de la transition écologique et solidaire, vendredi 10 décembre 2018. (©@HLeTeno) 

Ce club, baptisé « Prosper », rassemble la Banque des territoires, le Crédit coopératif, le Crédit mutuel, le groupe SOS, acteur de l'économie sociale et solidaire, le fonds d'amorçage Planetic asset management, ainsi que les plateformes de financement participatif Blue bees et Wiseed.

Les membres s'engagent à mobiliser 100 M€ d'ici 2020, avec dans un premier temps un appel à candidatures, lancé vendredi 7 décembre 2018, pour sélectionner des projets dans l'agriculture et l'alimentation. Les candidats doivent développer « un projet économique ambitieux ayant pour objectif la préservation et/ou la reconstitution du capital naturel, la préservation du capital humain et social et qui prônent un partage équitable des fruits de leurs activités économiques », indique le club sur son site internet.

Il souligne que les porteurs de projets, notamment dans l'agriculture, font souvent face à des difficultés pour obtenir des financements, que ce soit en fonds propres, des prêts, ou des garanties. L'objectif est donc de leur proposer des solutions adaptées. « L'État ne pourra pas faire tout seul », même si « beaucoup d'argent est mis par le gouvernement » dans la transition vers l'agroécologie, a défendu le ministre de l'agriculture Didier Guillaume, présent au lancement du club. De même, son homologue à la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a souligné que la « politique en général de l'État est de mobiliser des financements privés », comme par exemple pour la méthanisation de déchets et effluents agricoles.

Quelques porteurs de projets, d'ores-et-déjà soutenus par le club de financeurs, ont, lors du lancement officiel de « Prosper », témoigné de leur projet. Parmi eux, Paul Charlent, cofondateur de la startup « À l'ancienne », développe un service de livraison à domicile de produits ultra-frais, locaux et bio en direct de petites exploitations. Ou Charles Hannon, fondateur de « Mémé Georgette », une autre plateforme web distribuant des produits biologiques.

À court terme, la priorité est toutefois donnée à la filière alimentaire, du « champ à l’assiette », pour investir dans un « mieux manger pour tous » demain.

Le focus portera sur :

  • la transformation agricole (maillons manquants : légumerie, conserverie…) ;
  • le changement d’échelle de TPE/PME innovantes (ex : ferme de spiruline) ;
  • la méthanisation agricole ;
  • la structuration de filières et la conversion à l’agriculture biologique.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous