Image des agriculteurs (2/2) Il est urgent d'agir et de communiquer !

Terre-net Média

88 % des paysans estiment qu'il est urgent d’agir pour améliorer leur image. Mais avec le soutien de partenaires.

Affiche des jeunes agriculteurs dans le métro parisien pendant le salon de l'agriculture 2017Campagne de communication du syndicat Jeunes agriculteurs (JA) dans le métro parisien, pendant le salon de l'agriculture 2017, pour promouvoir le rôle des jeunes agriculteurs dans les territoires et resserrer les liens avec les jeunes citadins. (©Terre-net Média)  

Puisque les agriculteurs ont le sentiment d’être mal vus par les Français, leurs attentes sont fortes en matière de communication. Même auprès de leur entourage : selon le baromètre agricole Terre-net BVA (1), 88 % déclarent qu’il est urgent d’agir/de communiquer pour améliorer leur image au niveau local. « Les moins de 40 ans manifestent davantage cette envie », précise Nicolas Sauget, directeur d’études à l’institut de sondage BVA.

Une large part des agriculteurs et des agricultrices (84 %) souhaitent que les organismes agricoles (syndicat, chambre d’agriculture, coopérative...) ou leur municipalité soient moteurs dans cette démarche.

Organismes agricoles et agriculteurs doivent agir

Et les paysans ? Souhaitent-ils montrer eux-mêmes leur métier ? À l'instar des agriculteurs qui ouvrent les portes de leurs fermes ou de leurs confrères Youtubeurs qui s'adressent de plus en plus souvent au grand public ? « Ils sont assez partagés sur le fait de participer eux-mêmes aux actions : 50 % pensent que seulement les partenaires devraient agir/communiquer, 34 % s’associent aux partenaires et les 17 % restant pensent qu’ils devraient agir/communiquer seuls, sans soutien », observe Nicolas Sauget.

D'après les exploitants, les organismes (chambres d'agriculture et syndicats agricoles en tête) et les agriculteurs seraient donc les principaux acteurs pour améliorer l'image du métier.

Par ailleurs, les actions de communication à l'échelon local devraient principalement cibler les enseignants des collèges et lycées de leurs enfants (72 %, auprès desquels ils pensent être mal perçus), les élus locaux et la municipalité (70 %) et plus généralement les habitants de la commune (69 %).

 

(1) Sondage effectué du 31 mars au 10 avril 2017 par internet, auprès d’un échantillon national de 938 agriculteurs professionnels connectés, âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : région et orientation principale de l’exploitation (grandes cultures/polyculture-élevage/autres : viticulture-arboriculture-maraîchage). Source : RGA 2010.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous