Jeunes agriculteurs A Roanne du 4 au 6 juin, un congrès 2019 sur la jeunesse et la ruralité

Terre-net Média

Pour leur prochain congrès, qui se tiendra à Roanne, dans la Loire, du 4 au 6 juin prochains, les jeunes agriculteurs ont choisi de consacrer leur rapport d’orientation sur « la jeunesse et la ruralité ». Si, en choisissant ce thème en septembre 2018, les représentants nationaux de JA ne s’attendaient pas à ce qu’il trouve une légitimité renforcée par le mouvement des gilets jaunes entrepris en novembre, la thématique fait écho aux quelques signaux qu’Emmanuel Macron a donnés à la jeunesse agricole depuis le début de son mandat.

Manon Pisani, Arnaud Gaillot, Samuel Vandaele, Loïc Quellec et Cédric Davenet ont présenté le thème retenu pour le congrès de Jeunes agriculteurs, qui se tiendra du 4 au 6 juin prochain à Roanne.Manon Pisani, Arnaud Gaillot, Samuel Vandaele, Loïc Quellec et Cédric Davenet ont présenté le thème retenu pour le congrès de Jeunes agriculteurs, qui se tiendra du 4 au 6 juin prochains à Roanne. (©Terre-net Média)

Pendant trois jours, « près de 800 jeunes agriculteurs », représentant leurs collègues du réseau syndical JA, vont poser leurs valises à Roanne, dans la Loire, du 4 au 6 juin prochains, pour le congrès annuel du syndicat. Un événement, « non-électif en 2019 », qui sera, comme chaque année, ponctué par un travail prospectif et de formulation de propositions sur un thème précis, digne d’un long débat parlementaire avant le vote d’une loi.

Pour son traditionnel rapport d’orientation, Jeunes agriculteurs a ainsi choisi le thème de la « jeunesse et la ruralité », un thème « inédit car c’est la première fois que JA traite d’un sujet qui va bien au-delà des enjeux purement agricoles », a expliqué Samuel Vandaele, président de Jeunes agriculteurs lors d’une conférence de presse mercredi 22 mai.

« Seulement 6,5 % de la population agricole a moins de 35 ans, complète Arnaud Gaillot, secrétaire général du syndicat. Il nous faut des avancées sur la jeunesse agricole au sein de l’Europe. Notre réseau a de fortes attentes à l’égard des politiques français et européens. »

« Il y a un sentiment de malaise, l’impression d’avoir des territoires un peu oubliés, justifie Loïc Quellec, éleveur dans les Alpes-de-Haute-Provence, et co-rapporteur du document. Les zones périurbaines s’étendent et les territoires ruraux se désertifient. Comment peut-on enrayer cela ? Dans tous les cas, les jeunes agriculteurs sont des acteurs centraux pour résoudre ces difficultés. »

« Comment dynamiser des territoires ? Comment retrouver des services qui ont parfois disparu dans les communes ? Quid de la mobilité physique et numérique ? Comment recréer des emplois et favoriser un lien intergénérationnel ? » énumèrent Manon Pisani et Cédric Davenet, les deux autres co-rapporteurs.

Des propositions en écho au « mouvement des gilets jaunes »

En attendant la traditionnelle séquence d’examen des amendements – 140 retenus sur 400 déposés seront discutés lors du congrès – les rédacteurs du rapport gardent encore sous silence les propositions qu’ils espèrent voir adoptées. « Nous souhaitons favoriser l’engagement citoyen des jeunes en développant la démocratie participative », annoncent-ils néanmoins. « Car les chiffres sont particulièrement inquiétants : 92 % des jeunes entre 16 et 30 ans n’ont plus du tout confiance dans la politique. »

Autant dire que le thème que les représentants de JA ont choisi « en septembre 2018 » revêt une teneur bien particulière depuis le « mouvement des gilets jaunes » entrepris deux mois plus tard.

« On ne fait pas chaque année cet exercice, du rapport d’orientation pour s’amuser », poursuit Loïc Quellec. Ça contribue à notre travail prospectif qui participe à l’évolution du cadre agricole. » « L’actuel parcours à l’installation aidée est issu de propositions de l’un de nos rapports d’orientation. De même que, un an avant les Etats généraux de l’alimentation, nous avions travaillé sur le développement de filières agricoles », illustre Samuel Vandaele.

Le thème de la « jeunesse et la ruralité » fait écho non seulement à certaines revendications des gilets jaunes, mais aussi à quelques signaux – du moins dans les paroles et la com’ si ce n’est dans les actes – donnés par Emmanuel Macron. En février 2018, juste avant son premier salon de l’agriculture en tant que chef de l’État, il avait invité près des centaines de jeunes à l’Elysée pour les rassurer sur sa vision de « l’avenir du monde agricole ».

Lors de l’édition 2019, c’est devant 500 jeunes que le chef de l’État avait prononcé un discours d’inauguration, à huis clos, avant d’arpenter les allées du salon.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous