Pac post 2020 Agriculture Stratégies s’oppose fortement à la nouvelle proposition de la Pac

CLG Terre-net Média

La proposition de réforme de la Pac du Commissaire Hogan a été présentée le 1er juin à Bruxelles par la Commission européenne. Dans la continuité des réformes précédentes, cette nouvelle version envisage tout de même une réduction budgétaire importante. Une possibilité qui suscite de vives réactions au sein d'Agriculture Stratégies.

Pour Agriculture Stratégies, la réduction budgétaire de plus de 16 % envisagée par la nouvelle proposition de Pac de la Commission européenne traduit l’état de faiblesse de celle-ci. « Dans une Europe en panne de consensus, elle n’a d’autre choix que de proposer le plus petit dénominateur commun. Bien que ne leur donnant pas accès à des outils efficaces, la définition de plans stratégiques nationaux permet de renvoyer aux Etats membres la répartition des aides directes et aux organisations de producteurs la gestion des crises. Il n’est pas acceptable que le niveau communautaire continue de rejeter cette gestion, alors que les autres grands pays producteurs de la planète déploient tous des mécanismes de régulation, telles des aides contracycliques. Et pourtant nous entrons dans la cinquième année consécutive de baisse des revenus agricoles ! » Par ailleurs, le Commissaire acte l’inefficacité du verdissement des aides découplées dans le volet environnemental. Il laisse ainsi chaque Etat choisir ses propres objectifs, ce qui légitimera toutes les distorsions.

« Il est temps de sortir du piège d’une renationalisation par abandon de l’ambition communautaire et incapacité à mesurer l’importance stratégique de l’agriculture. Sous prétexte du principe de subsidiarité, la Pac est désormais réduite à sa seule dimension redistributive, ressemblant ainsi à une grande braderie. Avec cette nouvelle proposition, la Pac est vidée de son contenu politique pour devenir le petit guide d’application des règles de l’OMC. Après avoir fait échouer le multilatéralisme, ces règles ne manqueront pas aussi de condamner la principale politique communautaire intégrée. Si la France ne s’engage pas pour une refondation de la Pac dans les mois qui viennent, cette proposition aura été le faire-part de décès de celle-ci. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous