Choc de simplification La Fnsea en veut encore plus

Terre-net Média

Lundi, mardi, mercredi et jeudi : quatre jours d’actualités très prégnantes pour le syndicat majoritaire confronté à une base de plus en plus remontée contre les difficultés pour exercer sa profession.

Manuel Valls, premier ministre à Terre de Jim. Xavier Beulin, président de la Fnsea lui a demandé de le recevoir pour lui présenter les difficultés aggravées que connaissent les agriculteurs.Manuel Valls, premier ministre avec Stéphane Le Foll aux Terres de Jim. Xavier Beulin, président de la Fnsea a demandé au Premier ministre de le recevoir pour lui présenter les difficultés aggravées que connaissent les agriculteurs.Cette semaine, la Fnsea mène de front plusieurs batailles mais un seul combat : « choc de simplification et allègement des charges ». Et sans trêve.

Pourtant, lundi 22 septembre, les annonces fiscales présentées par Stéphane Le Foll sont "Fnsea compatibles" avec les revendications gravées dans le marbre lors des états généraux de l’Agriculture organisés par le syndicat en février dernier.  « La Fnsea ne peut que se féliciter de la poursuite des travaux du groupe Fiscalité agricole, dans la mesure où seulement une partie du chemin vers l’adaptation de la fiscalité agricole a été parcourue », mentionne le syndicat dans son communiqué du 23 septembre.

Mais la révolte des producteurs de légumes à Morlaix conduit le syndicat à passer à la vitesse supérieure et à aller plus loin et surtout plus vite « dans le chantier de la simplification ». La mise en œuvre de la loi d'avenir est reléguée aux calendes grecques. Sont en revanche davantage d'actualité, les accords Ceta et Tppa entre l'Union européenne, le Canada et les Etats-Unis. 

Xavier Beulin a décidé de reprendre la main. Dans un courrier adressé mercredi 24 septembre à Manuel Valls, premier ministre, il « annonce la mobilisation de son réseau le 25 septembre prochain pour porter des revendications de bon sens ». Et dans la foulée, il demande un rendez-vous avec le Premier ministre pour les lui présenter. Impatiente, la Fnsea en attend plus du gouvernement. 

« Les premiers pas dans le bon sens »

En attendant, les représentants des producteurs de légumes sont sortis apaisés de leur entretien avec Stéphane Le Foll avec, en poche, une brochette de mesures pour atténuer le coût de la crise conjoncturelle dont ils sont victimes et qui est liée aux conditions climatiques trop douces et à l’embargo russe décrété contre les produits périssables. 

Si Stéphane Le Foll est parvenu à éteindre l’incendie, les problèmes restent inchangés sur le fond. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous