[Interview] EGalim, réforme de la Pac Christiane Lambert : « Nous attendons des frappes chirurgicales sur la LME »

Terre-net Média

Après les premières réunions de cinq ateliers des Etats généraux de l’alimentation, Christiane Lambert espère l’annonce de « frappes chirurgicales » sur la LME par le président de la République, qui devrait lui-même intervenir autour du 10 octobre prochain. La présidente de la FNSEA attend aussi une position forte de la France dans le cadre de la réforme de la Pac. A commencer par la défense d’un budget maintenu.

[Interview] Christiane Lambert : « Les présidents de l’atelier 5 sont poussés à trouver des solutions sur la meilleure rémunération des producteurs »

 

A l’issue de la première semaine de réunions des ateliers des Etats généraux de l’alimentation, Christiane Lambert rappelle « faire confiance aux acteurs » pour trouver des solutions permettant une meilleure répartition de la valeur pour les agriculteurs.

Le président de la République devrait s’exprimer « autour du 10 octobre », selon la FNSEA, pour annoncer les premières mesures en faveur d’une meilleure rémunération des producteurs. Le syndicat majoritaire attend, de son côté, des « frappes chirurgicales » pour réviser la Loi de modernisation de l’économie, qui constitue le socle des relations commerciales actuelles. Ces évolutions devront, de surcroît, s’appliquer aussitôt pour les négociations commerciales hivernales qui démarreront fin octobre.

Ceci dit, « la loi peut améliorer certaines choses, mais les Etats généraux constituent avant tout un travail de reconstruction de la confiance entre acteurs. »

On ne peut pas travailler dans la même chaîne alimentaire et  « se boxer »  en permanence.

Très commentée et critiquée, la nomination de représentants des transformateurs et distributeurs (François Eyraud, directeur général de « Produits frais Danone » et Serge Papin, président directeur général de Système U) à la tête de l’atelier 5 « pour une meilleure rémunération des producteurs » « pousse ces derniers à trouver des solutions », estime Christiane Lambert.

« Nous avons aussi fait des propositions au niveau européen pour revoir le droit de la concurrence », explique Christiane Lambert.

Les solutions à trouver au niveau européen

Les Etats généraux de l’alimentation doivent aussi constituer une ligne claire de la France pour obtenir des assouplissements sur le droit européen de la concurrence. « Nous devons obtenir des outils concrets permettant de relever les prix. »

[Interview] Christiane Lambert : « Pour la réforme de la Pac, la première des choses est d’obtenir des garanties sur le budget »

 

« Maintenir le budget de la politique agricole commune, c’est un enjeu de société. » Certes, l’Europe est confrontée à des problématiques croissantes, en matière d’immigration, de défense, de culture ou de formation. « En France, les Etats généraux de l’alimentation réunissent 12 ministères. Cela veut bien dire que la question agricole va bien au-delà de la production. Au niveau européen, il faut que la Pac ait cette même ambition. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous