Congrès des jeunes agriculteurs à Roanne Couverture numérique, engagement citoyen : comment JA veut rajeunir la ruralité

Terre-net Média

Environ 800 jeunes agriculteurs sont réunis pour le congrès annuel du syndicat, du 4 au 6 juin à Roanne, dans la Loire. En choisissant la « ruralité » comme thème de leur traditionnel rapport d’orientation, JA entend faire des propositions qui dépassent largement les questions purement agricoles, notamment en matière d'engagement citoyen des jeunes ruraux.

Les JA ont débattu, comme chaque année, d'un rapport d'orientation - sur la ruralité pour 2019 -  lors de leur congrès annuel, du 4 au 6 juin à Roanne, dans la Loire.Les JA ont débattu, comme chaque année, d'un rapport d'orientation - sur la ruralité pour 2019 - lors de leur congrès annuel, du 4 au 6 juin à Roanne, dans la Loire. (©@JeunesAgri)

Réunis en congrès à Roanne, dans la Loire, du 4 au 6 juin, les jeunes agriculteurs se prêtaient mercredi après-midi au jeu du « débat démocratique » pour amender leur traditionnel rapport d’orientation. Un rapport ayant pour thème, cette année, « la ruralité », choix parfois contesté par certains d’entre eux dans une période qui reste économiquement difficile pour la plupart des filières. « Il y avait des sujets plus importants à traiter. Parlons des prix et des revenus », a ainsi critiqué un représentant des JA des Hauts de France, en préambule des discussions.

Mais les représentants nationaux et les rapporteurs du texte justifient ce choix inédit. « Seulement 6,5 % de la population agricole a moins de 35 ans, expliquait Arnaud Gaillot, secrétaire général du syndicat, lors d’une conférence de presse le 22 mai dernier. Il nous faut des avancées sur la jeunesse agricole au sein de l’Europe. Notre réseau a de fortes attentes à l’égard des politiques français et européens. »

« Pour une ruralité éternellement jeune » - le titre choisi pour leur rapport – les JA ont ciblé quatre objectifs. Il s’agit, selon eux, de « libérer la jeunesse rurale de ses contraintes », notamment en termes de moyens de transport ou de formation. Alors que la plupart des observateurs craignaient une abstention record chez les jeunes aux élections européennes, JA veut « promouvoir l’engagement citoyen des jeunes ».

Sur les plans économique et social, JA souhaite contribuer à une meilleure formation des jeunes partout dans les territoires ruraux, et à de meilleurs dispositifs pour reprendre une entreprise dans de bonnes conditions ».

 

Encore 2 200 communes avec un simple réseau 2G et 238 communes sans couverture mobile

JA veut défendre d’abord « des territoires dynamiques et favorables à la jeunesse », ce qui impliquerait, selon le syndicat, de permettre un meilleur accès aux services publics, « par un meilleur équilibre entre dématérialisation et présence humaine ». L’enjeu de la couverture numérique des territoires a suscité de longs échanges entre jeunes. Car le constat est sans appel : « 2 200 communes ne sont couvertes que par la 2G, et 238 sont totalement dépourvues de couverture mobile », déplorent-ils.

Alors que, vers 19 heures mercredi soir, les débats étaient interrompus par une intervention de Laurent Wauquiez, en tant que président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, la majorité des propositions du syndicat n’étaient pas encore adoptées. Parmi elles, JA souhaiterait un soutien accru à l’engagement associatif, gage du « maintien du lien social » dans les campagnes.

Le syndicat suggère ainsi de créer une « semaine nationale de l’engagement », et d’introduire des critères plus qualitatifs que quantitatifs à l’attribution de soutiens financiers aux associations.

Élargir le dispositif Erasmus pour un apprentissage à l’étranger

Pour que les jeunes ruraux contribuent davantage au développement de leur territoire, Jeunes agriculteurs estime que des efforts doivent être faits en matière de formation. Il faudrait ainsi « revaloriser les filières professionnalisantes par leur promotion et une meilleure adaptation aux réalités des métiers. »

Le célèbre dispositif européen Erasmus, permettant aux jeunes de faire une partie de leurs études à l’étranger, devrait être « généralisé » à l’apprentissage. « En 2017, seuls 6 800 apprentis ont bénéficié d’Erasmus, contre 44 000 étudiants », note JA. L’enseignement général devrait, selon le syndicat, « encourager le sens de l’engagement citoyen chez les jeunes »

À l’instar de l’installation, un dispositif d’envergure pour la transmission d’exploitation

Surtout, JA veut capitaliser sur son « savoir-faire en matière de politiques favorables à l’installation » pour développer un véritable dispositif à la transmission des entreprises, agricoles ou non. « 99 % des personnes qui ont bénéficié du dispositif à l’installation sont toujours agriculteurs cinq ans après leur installation », rappelle le syndicat. « Nous formulons ici une proposition » d’un dispositif global regroupant et coordonnant les dispositifs existants pour la transmission des exploitations. Un dispositif qui serait doté d’un véritable volet « d’incitation financière » à la transmission d’une entreprise à un jeune, et d’un accompagnement humain dans la durée.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous