Pénalités agricoles La Corse conteste sa mise en cause

Afp

Paris, 28 jan 2015 (AFP) - Les responsables de l'agriculture en Corse ont contesté mercredi leur mise en cause et la responsabilité imputée à l'île, en particulier à la Haute-Corse, dans les pénalités agricoles dues par la France à l'Europe.

La France devra rembourser 1,1 milliard d'euros pour avoir laissé ses agriculteurs profiter d'aides indues, dont 690 millions liés à des déclarations de surfaces erronées entre 2008 et 2012. Sur ces 690 millions, la somme due au titre des surfaces en Corse porte sur « 743.000 euros » a affirmé mercredi le président de la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (Fdsea) de Haute-Corse, Joseph Colombani. Il a contesté dans un communiqué à l'Afp, la mise en cause de son département dans les propos rapportés d'une source européenne à Bruxelles et dénoncé sa « corsophobie ».

Une source européenne à Bruxelles avait évoqué en Haute-Corse « une catastrophe absolue, n'importe qui déclarait n'importe quoi ». « Au-delà de l'extravagante erreur comptable, les agriculteurs corses sont écœurés par les commentaires haineux qui ont suivi cette fausse information ». La Corse, rappelle-t-il, a touché en aides directes pour la période 2008-2013, « en tout et pour tout, 140 millions d'euros ». « A côté de l'antisémitisme, à côté de l'islamophobie, il existe aussi la corsophobie » appuie Joseph Colombani.

Selon le ministère de l'Agriculture, les pénalités liées aux déclarations des agriculteurs corses s'élèveraient à 51 millions sur les 690 millions d'euros.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous