Manifestation du 5 novembre La Fnsea réaffirme à Toulouse son soutien au barrage de Sivens

Afp

Toulouse, 5 nov 2014 (AFP) - La Fnsea et les Jeunes agriculteurs ont réaffirmé mercredi leur soutien au barrage contesté de Sivens (Tarn) à l'occasion d'une manifestation à Toulouse qui a réuni 3.000 agriculteurs en colère. Ils ont aussi appelé à un rassemblement à Albi le 15 novembre.

Pour suivre les manifestations en direct, cliquez sur : Suivez les manifestations Fnsea-JA de ce 5 novembre 2014

Les principaux dirigeants des Fdsea de Midi-Pyrénées de Corrèze, du Cantal, et des Jeunes Agriculteurs de la région, ont appelé « toutes les forces vives à manifester le 15 novembre à Albi » pour le barrage. Le président de la Chambre régionale d'agriculture Jean-Louis Cazaubon a aussi appelé syndicalistes et élus régionaux à montrer leur solidarité avec le président du conseil général du Tarn, Thierry Carcenac (PS) qui porte le projet.

La journée nationale organisée par la Fnsea, le syndicat agricole majoritaire en France, contre le durcissement des normes de pollution aux nitrates a été fortement marquée à Toulouse par la polémique sur le projet de barrage de Sivens (Tarn) et la mort le 26 octobre d'un jeune opposant Rémi Fraisse, tué par l'explosion d'une grenade des forces de l'ordre.

« Il semble qu'un peu de raison soit revenue » lors de la réunion organisée à Paris mardi soir par la ministre de l'Écologie, Ségolène Royal avec les parties impliquées dans le projet, s'est félicité Dominique Fayel, responsable de la Fnsea pour l'Aveyron.« On n'a pas donné la parole qu'aux anti-Sivens », a-t-il expliqué aux manifestants devant la préfecture. « Ce projet est porté par tous les acteurs d'un territoire : il ne s'agit pas d'intensifier la production mais de la sécuriser », a ajouté Dominique Fayel. « Stocker l'eau l'hiver pour l'utiliser l'été, ça fait partie du bon sens le plus élémentaire », a-t-il poursuivi, en martelant qu'il n'était « pas question d'accepter les diktats de gens qui ne connaissent rien à l'agriculture », en référence aux anti-Sivens.

Après avoir déversé dans la matinée plusieurs dizaines de tonnes de lisier et de fumier en quatre points de la ville - Préfecture, Cité administrative, Agence de l'eau et Office national de l'eau et des milieux aquatiques - les manifestants et leurs 240 tracteurs et engins agricoles ont convergé sur l'un des principaux axes de la ville, les allées Jean Jaurès.

Lors des discours de clôture, les responsables agricoles ne se sont pas contentés de dénoncer l'extension des zones vulnérables aux nitrates. Ils ont également réaffirmé leur détermination en faveur du barrage de Sivens, retenue d'eau d'1,5 million de m3, et leur hostilité aux militants écologistes, les "Zadistes" qui occupent le site pour empêcher les travaux, tantôt qualifiés « de casseurs excités » tantôt « d'armée itinérante qui sème la terreur ». « Il y aura bien une retenue à Sivens, nous sommes disposés à discuter des modalités avec tout le monde autour de la table, mais seulement autour d'une table. Les "zadistes" doivent évacuer le site » a lancé l'Aveyronnais Dominique Barrau, secrétaire général national de la Fnsea.

Jean-Louis Cazaubon a lancé qu'après le « délai de décence » lié à la mort de Rémi Fraisse « il faut se mobiliser pour Sivens : c'est une petite mare aux canards améliorée ; si cela ne se fait pas, rien ne pourra se faire ». Dominique Barrau s'est réjoui de la manifestation, « la plus importante en France » hors Paris, et qui « se termine dans le calme », quatre jours après une manifestation à Toulouse en hommage à Rémi Fraisse qui avait dégénéré en affrontements avec la police. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous