MSA Les chiffres (ajustés) de la crise agricole

Terre-net Média

En juin dernier, la MSA expliquait que le seuil fatidique de 50 % d’agriculteurs ayant gagné moins de 350 € par mois pourrait avoir été franchi en 2016. Même si le chiffre était légèrement surestimé, la MSA confirme avec d’autres chiffres l’ampleur de la crise.

Les représentants de la MSA, mardi 10 octobre 2017, lors d'un point presse.Les représentants de la MSA, mardi 10 octobre 2017, lors d'un point presse : Franck Duclos, directeur des politiques sociales, Thierry Manten, 1er vice-président, Michel Brault, directeur général, Anne Gautier et Régis Jacobé, vice-présidents. (©Terre-net Média)

Lors de sa convention annuelle le 22 juin dernier, Pascal Cormery, président de la Caisse centrale de la MSA expliquait : « Nous nous attendions à ce qu'en 2016, plus de 50 % des agriculteurs affichent des revenus en dessous de 350 euros par mois. »

L’estimation était quelque peu exagérée. Ce mardi 10 octobre 2017, à la veille des annonces officielles d’Emmanuel Macron sur le premier chantier des Etats généraux de l’alimentation, les représentants de la MSA ont livré des chiffres plus précis de la crise agricole.

Selon eux, « 30 % des exploitants auraient un revenu inférieur à 350 € par mois. » Mais cette moyenne s’étale de 20 % à 44 % selon les caisses MSA. Parmi eux, les deux tiers (20 % des exploitants) seraient en déficit. » Ce dernier chiffre moyen cache lui aussi une forte disparité entre les caisses MSA : de  11 à 35 %.

Les plus faibles revenus 2016 sont enregistrés dans les régions du sud-ouest (MSA Sud-Aquitaine et Midi-Pyrénées sud), le centre (MSA Berry Touraine et Beauce Cœur de Loire) ainsi que la MSA Mayenne Orne Sarthe.

Toujours en moyenne, le revenu annuel 2016 des exploitants agricoles se situe entre 13 000 et 15 000 €. C’est un peu plus qu’en 2015. « Mais cette légère hausse s’expliquerait davantage par une baisse des charges que par une évolution des recettes. »

En sept mois, près de 20 000 journées « d’aide au répit »

Un autre chiffre – pour l’année 2017 cette fois, illustre également la crise agricole. Entre son démarrage en février 2017 et fin août 2017, 2 466 agriculteurs ont bénéficié du plan d’« aide au répit ». Pour la MSA, c’est un engagement financier de 2,88 M€.

En seulement sept mois, c’est ainsi l’équivalent de 19 500 journées de remplacement qui ont été financées pour permettre à des agriculteurs en situation d’épuisement professionnel ou de burn-out.

Dans le cadre de ce dispositif mis en place par le Gouvernement Valls avec le pacte de consolidation de l’agriculture, la MSA dispose d’une enveloppe de 4 M€ pour l’année 2017. « 4 000 exploitants devraient en bénéficier sur l’année. »

45 % des bénéficiaires de l’aide au répit ont entre 51 et 60 ans, 30 % sont dans la tranche d’âge 41-50 ans. 58 % des bénéficiaires sont en production laitière et/ou production de viande bovine.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous