Glyphosate Trois questions à Christiane Lambert

AFP

« Il faut soigner les plantes pour protéger les animaux et les hommes » : Christiane Lambert, patronne de la FNSEA, défend une utilisation « raisonnée » du glyphosate, désherbant controversé, classé « cancérogène probable » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'OMS en 2015.

Pourquoi beaucoup d'agriculteurs défendent-ils bec et ongle l'utilisation du glyphosate, jugé dangereux pour la santé et les nappes phréatiques par les défenseurs de l'environnement ?  

Christiane Lambert : « C'est l'herbicide le plus utilisé au monde, qui n'a pas d'équivalent sur le marché, et les agriculteurs ont besoin de tuer les mauvaises herbes, chardons et plantes vivaces, afin de préserver les plantes qu'ils cultivent. Sinon, les mauvaises herbes aspirent l'eau et les ressources du sol, et empêchent les céréales ou les légumes de se développer correctement. Nous préconisons une utilisation raisonnée de ce produit, en faible quantité, avec 1,5 litre par hectare maximum, surtout pour nettoyer les couverts végétaux de l'hiver avant de planter les graines au printemps. Aux Etats-Unis, il est utilisé à plusieurs reprises sur une même parcelle, et notamment juste avant la moisson, pour dessécher les plants de blé. C'est ce qui explique, à mon avis, qu'on puisse retrouver des traces de glyphosate jusque dans les céréales du petit-déjeuner, heureusement pas en proportions dangereuses pour la santé, car celles-ci sont souvent des céréales non produites en France. »

Les risques du glyphosate ont justement été évalués en se fondant notamment sur des études d'exposition agricole menées aux Etats-Unis et au Canada. Ne peut-on pas le remplacer ou utiliser des moyens mécaniques pour désherber, comme dans l'agriculture biologique, où, du coup, les rendements des cultures sont plus faibles ?

Christiane Lambert : « On peut le remplacer, mais par des produits à doses plus importantes, car ils sont moins efficaces. Par exemple, pour obtenir le même effet, il faut 4 litres par hectare d'un anti-graminée et 3,5 litres d'un anti-dicotylédone. Ce qui veut dire aussi passer deux fois le tracteur dans le champ au lieu d'une, tasser les sols et brûler du carburant. Il nous faut bien enlever les mauvaises herbes, sinon nos récoltes ne sont pas acceptées par les moulins ! Pour ce qui est des outils de désherbage mécanique, ils ne sont pas utilisables pour toutes les cultures et les robots en cours d'expérimentation, coûtent encore très cher. Plus largement, les produits phytosanitaires sont des médicaments pour soigner les plantes malades. Si mon blé est malade de la fusariose, et que je n'ai pas le droit de le traiter, il développe des mycotoxines naturelles, qui, une fois ingérées par l'animal, produit des avortements, notamment chez les truies. Et je ne vous parle pas des dégâts sur les hommes. »

Allez-vous rencontrer Nicolas Hulot qui est soucieux des « effets cocktails » croisés des pesticides sur la santé et l'environnement afin de discuter des différends qui opposent les écologistes et une partie des agriculteurs ?

Christiane Lambert : « Nous devons nous voir lundi, pour évoquer les Etats généraux de l'alimentation. Le rendez-vous était pris il y a une semaine. Les agriculteurs sont prêts à une alternative dès qu'elle sera prête sur le plan technique, mais nous ne pouvons pas accepter un arrêt brutal car il est impossible de livrer des produits agricoles qui ont des problèmes. Les utilisations de pesticides ont beaucoup baissé en France avec le plan Ecophyto lancé par Stéphane Le Foll et nous sommes prêts à relever le défi de parvenir à - 25 % d'ici 2020 et - 50 % d'ici 2025.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous