Protection des pollinisateurs
La Commission européenne présente son plan pour les abeilles

La Commission européenne a présenté le 24 janvier un ensemble de mesures pour enrayer le déclin des polllinisateurs. (©Pixabay)
La Commission européenne a présenté le 24 janvier un ensemble de mesures pour enrayer le déclin des polllinisateurs. (©Pixabay)

Constatant qu’une espèce de pollinisateurs (abeilles, papillons et syrphes) sur trois disparaît de l’Union européenne, la Commission a renouvelé l’initiative sur les pollinisateurs de 2018 et complété la proposition législative sur la restauration de la nature présentée en juin 2022 dans un nouveau « pacte en faveur des pollinisateurs », présenté le 24 janvier.

« Atténuer les effets de l’utilisation des pesticides »

Parmi les axes d’action identifiés par Bruxelles figurent l’obligation légale de mettre en œuvre une lutte intégrée contre les ennemis des cultures, ou des méthodes d’essai supplémentaires pour déterminer la toxicité des produits phytosanitaires pour les pollinisateurs, « y compris leurs effets sublétaux et chroniques », indique la Commission. Plus globalement, Bruxelles réaffirme la nécessité de réduire l’utilisation des phytosanitaires, en lien avec la proposition « pour un usage durable des pesticides » (qui vise 50 % de produits phytosanitaires en moins d’ici 2030).

La restauration des habitats dans les paysages agricoles, « en soutenant davantage l’agriculture respectueuse des pollinisateurs » fait également partie des mesures à mettre en œuvre, notamment à travers la Pac.

Habitat, conservation des espèces

Cependant, d’autres axes d’action sont identifiés, notamment l’amélioration de la conservation des espèces et des habitats également dans les zones urbaines, ou la lutte contre les effets, sur les pollinisateurs, du changement climatique, des espèces exotiques envahissantes et d'autres menaces, telles que les biocides ou la pollution lumineuse.

La Commission souhaite également mettre en place un système de suivi complet, et élaborer une cartographie des principales zones de pollinisation. L’UE aidera par ailleurs les États membres « à élaborer des stratégies nationales en faveur des pollinisateurs ». À noter qu’en France, un « plan pollinisateurs » est déjà défini pour la période 2021-2026.

Enfin, la Commission compte également sur le concours des citoyens, sensibilisés à cette question, et des entreprises.

Inscription à notre newsletter
a lire également

Soyez le premier à réagir