Euronext Pendant que les exportateurs sont inquiets de la grève des ports, le blé monte

AFP

Les prix du blé poursuivaient leur progression, mardi à la mi-journée, profitant de la forte demande internationale, et sur fond d'inquiétude grandissante des exportateurs de grains quant aux conséquences des grèves dans les ports français.

Alors que le trafic des trains de fret SNCF a repris, une nouvelle opération « ports morts » devait démarrer mercredi, pour trois jours, à l'appel de la CGT. « Les dockers ont décidé de poursuivre le mouvement et l'impact commence à se faire sentir assez sérieusement sur les flux d'exportations », a témoigné auprès de l'AFP Jean-François Lépy, référent logistique pour Intercéréales et représentant, au sein de l'interprofession, du Synacomex (Syndicat national du commerce extérieur des céréales).

« Aujourd'hui, on est dans une phase du mouvement dans laquelle les bateaux mettent beaucoup de temps à charger », ce qui entraîne « un surcoût sur la location des bateaux », a déploré François Lépy. Mais ce qui inquiète surtout, selon lui, les exportateurs de grains français, c'est la perte de marchés au profit de leurs voisins européens. « Des bateaux que nous aurions dû charger fin janvier, début février commencent à se positionner sur d'autres ports que les ports français », a affirmé François Lépy, citant au premier rang l'Allemagne, mais aussi les pays de la Baltique et de la mer Noire.

Se basant sur la projection établie par FranceAgriMer de 12,4 millions de tonnes d'exportation de blé vers les pays tiers (hors UE) cette année, François Lépy a chiffré à 1,5 Mt de céréales, dont 1 Mt de blé, ce qui sort chaque mois des ports français. Sur cette base, il a évalué entre 500 000 et 700 000 tonnes de chargements perdus, l'impact potentiel de ces trois jours de grève à venir. Des chargements « qui ne seront pas repoussés, qui seront chargés ailleurs ». Un préjudice potentiel d'autant plus cuisant, selon François Lépy, que la France, nantie d'une belle récolte de blé, reprenait position chez des clients meuniers d'Afrique de l'Ouest qu'elle avait perdus après la récolte de 2016, catastrophique tant en volumes qu'en qualité. Ces meuniers, qui n'ont pas forcément de grandes capacités de stockage, « sont au bord de la rupture et doivent s'approvisionner ailleurs », a conclu François Lépy.

Ces inquiétudes surviennent alors que les derniers chiffres de Bruxelles mettent une nouvelle fois en lumière le rythme soutenu des exportations françaises. Pour les quatre dernière semaines, les exportations de blé tendre européen ont progressé de 2,3 Mt, dont plus de la moitié au crédit de la France (+ 1,27 Mt).

Peu avant 13 h (12 h GMT) sur Euronext, la tonne de blé progressait de 1,25 euro sur l'échéance rapprochée de mars à 197 euros et de 1,50 euro pour l'échéance de mai à 195,50 euros, pour un peu plus de 20 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, progressait de 50 centimes, tant pour l'échéance de mars à 173 euros que pour juin à 177,25 euros, pour 500 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous