Tracteurs rapides Des tracteurs roulant à plus de 40 km/h mais avec un PTAC différent

Jean-Luc Pérès Terre-net Média

De nombreux tractoristes ont présenté, au dernier Sima, des tracteurs roulant à plus de 40 km/h, la limite de vitesse imposée sur les routes françaises. D’ici 2018, la majorité des gammes seront capables de circuler à 50 km/h, voire plus. Les évolutions les plus importantes concernent les commandes et les capacités de freinage, qu’il faut augmenter. Cela modifie donc le PTAC des tracteurs. Les constructeurs y travaillent tout en insistant sur le flou réglementaire en termes d’autorisation de conduite et de permis. Comme pour les voitures, le respect du code de la route est de la responsabilité du chauffeur et de son employeur.

Les tracteurs rapides peuvent rouler à plus de 40km/h mais attention au PTACLes tracteurs rapides peuvent rouler à plus de 40 km/h mais attention au PTAC. (©Terre-net Média ) 

Au Sima en février dernier, les principaux constructeurs de tracteurs exposaient des modèles roulant à plus de 40 km/h. Jusqu’à présent en Europe, ils ne pouvaient pas dépasser cette vitesse. Toutefois, certains pays interprétaient la réglementation à leur manière et l’adaptaient si besoin. Maintenant, la nouvelle législation européenne harmonise les règles techniques d’homologation dès 40 km/h.

« Au Sima 2017, nous avons lancé la gamme T5 conforme TMR », indique Nicolas Morel, responsable des tracteurs de forte puissance chez New Holland. Guillaume Dericbourg, responsable de la force de vente Europe chez Massey Ferguson, confirme également que les 8700 présentés sur le salon répondaient aux nouvelles exigences d’homologation.

« Dès le 1er janvier 2018, tous nos tracteurs seront en conformité », ajoute Johan Hérisson, responsable produits tracteurs et télescopiques chez l'équipementier. « Les gammes de forte puissance T7 et T8 seront commercialisées avec l’option 50 km/h dès septembre 2017 », précise Nicolas Morel de New Holland.

La marque s’oriente vers un tracteur standard limité à 40 km/h, avec une option à 50 km/h. À l’inverse, Massey Ferguson homologuera tous ses tracteurs à 50 km/h. Les agriculteurs français bénéficieront d’une option gratuite 40 km/h avec un PTAC adapté.

Adapter le freinage et le PTAC

Les nouvelles règles d’homologation exigent des systèmes de freinage plus performants. Le travail des constructeurs a permis des gains réels dans ce domaine pour répondre notamment à des PTAC et PTRA plus importants, à des vitesses élevées ou aux fortes pentes. « Par exemple, le 6715 S Dyna 4 a gagné 16 % de PTAC et est passé de 9,2  à 11 t pour 40 km/h », détaille Johan Hérisson.

Pour garantir la sécurité et le confort, Nicolas Morel conseille de prendre un pont avant freiné. Chez MF, la majorité des finitions disposent, de série, de ponts avant suspendus. Les marques sensibilisent aussi les acheteurs au choix des pneumatiques, qui sont conçus pour des vitesses et des charges bien précises.

Seconde contrainte règlementaire : la présence d’un circuit de freinage double ligne à l’arrière, pneumatique ou hydraulique, le premier étant le plus répandu. À l’avenir, les fabricants proposeront les deux dispositifs, compatibles avec les remorques actuellement en parc, à freinage hydraulique simple ligne.

Respecter le code de la route

La règlementation routière française ne s’est pas encore adaptée à la législation européenne. Le chauffeur doit respecter le code de la route, comme son responsable qui, le cas échéant, doit lui rappeler les règles à suivre, préviennent d’une même voix les constructeurs et les distributeurs. Nicolas Morel et Johan Hérisson reprennent l’exemple des voitures « qui peuvent rouler à 150 km/h mais qui, sur la nationale, sont limitées à 90 ». 

Le MF 6715 S est proposé en 40 km ou 50 km avec différents PTACLe MF 6715 S est homologué pour rouler à 40 ou 50 km/h avec différents PTAC. (©Massey Ferguson) 


Jean-Luc Pérès, expert en agroéquipement, formation et conseil en machinisme agricole

Jean-Luc Pérès travaille depuis plus de 20 ans dans le secteur de l'agroéquipement. Il dirige aujourd'hui une société de conseil et de formation en machinisme agricole dans le grand sud-ouest de la France.

Il apporte sa passion et son expertise directement auprès des agriculteurs et des OPA. Grâce à son réseau national, il développe son ancrage dans cette région. Ses diverses expériences de conseillers spécialisés en machinisme agricole, de mécanicien et commercial en concession et de spécialiste dans des organismes nationaux, lui ont permis d’acquérir et d'élargir ses compétences. (contact : jlperes@laposte.net)

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous