Claas Crop Sensor Isaria Un capteur pour optimiser l'efficacité et le coût de la fertilisation azotée

Terre-net Média

A l'occasion de la présentation de ses nouveautés pour 2014, Claas a dévoilé un capteur baptisé Crop Sensor Isaria. Il permet de réguler l'apport d'azote à partir de la mesure de la réflexion de la lumière par les plantes.

Capteur Claas Crop Sensor IsariaLe Crop Sensor Isaria est monté sur un châssis repliable. (©Claas)Début juillet, Claas présentait à la presse européenne ses nouveautés pour la campagne 2014. Parmi elles, le capteur Crop Sensor Isaria, basé sur la technique de mesure du système Isaria de l'entreprise allemande Fritzmeier. Il détermine les besoins en azote des cultures à partir de mesure de la réflexion de la lumière par la biomasse. Cette innovation s'inscrit dans la stratégie Easy de Claas (Efficient Agriculture SYstems).

Estimer les besoins en azote à partir de l'indice Ndvi

En pratique, le Crop Sensor s'attelle sur le relevage avant du tracteur, et repose sur deux cellules optiques, montées sur des rampes repliables et guidées 80 cm au-dessus des cultures. Chaque cellule travaille une surface circulaire de 50 cm de diamètre et effectue jusqu'à 500 mesures par seconde, de jour comme de nuit grâce à un éclairage par Led.

Avant de commencer sa parcelle, le chauffeur renseigne plusieurs informations dans la console en cabine : type de culture, stade de croissance, etc. Ensuite, à partir de la réflexion de la lumière par la biomasse, le Crop Sensor Isaria calcule l'indice de végétation Ndvi (niveau de couverture végétale), estimant ainsi les besoins en azote des plantes. En mesurant également la quantité d'azote déjà absorbée par la plante, et en comparant à la valeur théorique du stade (renseignée par le chauffeur), le système estime la dose d'azote à appliquer.

Eviter la sur- ou sous-fertilisation

Par ailleurs, l'indice de biomasse Ibi permet au capteur de mesurer la densité de la récolte. Dans le cas ou l'Ibi mesuré serait inférieur à la valeur seuil renseignée par le chauffeur, la dose d'épandage reprend la valeur programmée par défaut par l'opérateur pour la parcelle. Au final, selon Claas, « le Crop Sensor Isaria permet, grâce à la cartographie, de limiter le risque de sur- ou sous-fertilisation, qu'entraîne la variabilité intra-parcellaire ».

Le Claas Crop Sensor Isaria étant Isobus, il se pilote en cabine depuis le terminal Cebis mobile ou tout autre terminal Isobus d'une autre marque. Sa commercialisation n'est pour le moment pas prévue en France.

Le Claas Crop Sensor pilote la fertilisation des parcellesLe capteur Claas Crop Sensor Isaria est compatible Isobus. (©Claas) 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous