Essai charrue Kverneland Julien Nolleau: « 2500 S i-Plough, portée au travail, semi-portée au transport »

Terre-net Média

Kverneland a levé le voile sur sa nouvelle charrue KV 2500 S i-Plough. Aussitôt dévoilées, sa tête d’attelage pivotante et ses fonctions Isobus séduisent les agriculteurs. Résultat : déjà une citation au palmarès des Sima Innovation Awards ! Ce bijou de technologie risque de changer votre regard sur la charrue. Entre gain de temps, sécurité et confort de travail, Julien Nolleau, chef produit de la marque, vous la présente en images.

T hierry Chatelain est agriculteur sur deux sites : l'un au sud de la Seine-et-Marne, l'autre dans le Loiret à Dampierre-en-Burly. C'est dans cette exploitation, sur des sols limoneux-argileux drainés, que la charrue Kverneland 2500 S i-Plough est mise à l’épreuve. Et ça tombe bien, puisque Thierry laboure ses parcelles et qu'en novembre, toutes ne sont pas encore travaillées. Alors quand la rédaction lui propose de tester l’outil, ce féru de technologie n’hésite pas un instant.

Voir l'essai de Thierry Chatelain, agriculteur : « Un attelage pivotant pour plus de sécurité »

Kverneland lance une charrue portée, pas tout à fait comme les autres. Elle dispose d’une tête d’attelage pivotante, autorisant un transport semblable à une version semi-portée. Fini le porte-à-faux et le risque qu’il représente : cette charrue suit les roues du tracteur. Et avec un modèle cinq corps, autant dire que l'absence de balayage sécurise les déplacements et évite d’emboutir un poteau, un véhicule ou pire, un piéton.

Passer du mode transport au mode labour en moins de 2 min !

Il faut moins de deux minutes pour passer de la position transport à la position travail ! C'est du moins ce qu'annonce le constructeur. Concrètement, il suffit de bloquer la roue de terrage, de libérer la tête d’attelage et enfin d'ôter les deux goupilles qui verrouillent la barre d'attelage. Sur le modèle testé, l'opération s'effectue manuellement mais le constructeur promet que les prochains exemplaires commercialisés seront entièrement automatiques. Le chauffeur n’aura même plus besoin de descendre du tracteur. Quel gain de temps et de confort !

« Les principaux points de réglage ont été simplifiés. Par exemple, un dispositif excentrique règle simultanément la hauteur des rasettes droite et gauche. La clé fournit avec la machine permet de desserrer le boulon avant de modifier la position des socs. Un coup de clé inverse pour resserrer et le tour est joué ! Plus besoin de contrôler si les gauches et les droites travaillent à la même profondeur », argumente Julien.

Versoir N°28 : pour labourer quelle que soit la largeur des pneumatiques

Même évolution avec les lames de ressort. Parfois, en présence de terre compacte, l’agriculteur a besoin d'augmenter la pression sur les pointes pour ne pas que la sécurité se déclenche à tout va. « Avec ce dispositif, l'opérateur ôte les molettes puis ajoute une ou deux lames. Chacune correspond à 100 kg de pression. La pression maximale atteint alors 1 600 kg par élément. Autant dire que rien ne lui résiste, surtout avec des versoirs de cette taille. Pour labourer avec n'importe quelle largeur de pneumatiques, le constructeur installe des versoirs de grande taille. Par exemple, le Kverneland n°28 n’écrase pas la muraille.

Le bâti offre un dégagement de 80 cm pour travailler en présence de résidus de récolte importants, comme c’est souvent le cas après une culture de maïs grain. Les ingénieurs de la marque ont également travaillé sur la forme des ages. Fini le profil carré. Désormais, ils sont arrondis de manière à empêcher l'accumulation de matière, provoquant inévitablement un bourrage. Ainsi, les déchets roulent sur le profil et permettent de travailler en toutes circonstances.

Pilotage de la charrue via l'Isobus

Les fonctions électroniques de la charrue sont bluffantes. « En version Isobus, l'agriculteur pilote les fonctions de son outil depuis la cabine. Par exemple, un appui sur une touche retourne automatiquement la charrue. C'est l’ordinateur qui gère. En fait, il réduit la largeur puis le déport, relève la roue et retourne l'engin. La position de travail est mémorisée pour que le système la remette automatiquement à la même position.

De même pour dételer l'outil. Une fonction facilite l'opération, sans tenir compte de l’inclinaison du tracteur. En fait, la machine se met automatiquement parallèle au sol pour supprimer tout risque de basculement », détaille le chef produit de la marque.

Furrow Control aligne la raie de labour

Les adeptes du labour droit vont être satisfaits. Même si le tracteur n'est pas autoguidé, la technologie Furrow Control laboure toujours droit. Le signal GPS du tracteur ou celui fourni par le récepteur du constructeur est analysé. Dès que la raie de labour dévie à droite ou à gauche, le système corrige en modifiant la largeur de travail de l'outil. Plus l'écart à rattraper est grand, plus le nombre d'aller-retour nécessaire peut être important.

« Pour moi qui n'ai pas des parcelles très régulières, le Furrow Control est génial ! Grâce à cet engin, un enfant de dix ans est capable de labourer. Et droit comme un "I" en plus !", conclut l'agriculteur.

À lire aussi >>>


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous