État des nappes phréatiques La recharge hivernale a été efficace selon le BRGM

Terre-net Média

Le BRGM note qu'au 1er avril 2018, 56 % des nappes phréatiques affichent un niveau modérément haut à très haut. La fin de la recharge hivernale semble désormais actée.

Etat des nappes phréatiques au 1er avril 2018 en France.Etat des nappes phréatiques au 1er avril 2018 en France. Cliquez sur la carte pour l'agrandir. (©BRGM)

Après un mois de janvier très arrosé et un mois de février plus conforme à la saison, mars 2018 a connu une forte pluviométrie, avec en moyenne sur la France et sur le mois un excédent de plus de 60 %. Durant ce mois de mars maussade, les passages perturbés ont été fréquents et la France a connu deux épisodes de neige tardifs. Les précipitations ont été abondantes sur la majeure partie du pays, hormis près des frontières du Nord et du Nord-Est. Sur les régions méditerranéennes, la pluviométrie a atteint souvent 2 à 4 fois la normale, voire localement 5 fois sur les Cévennes.

« L’évolution du niveau des nappes traduit globalement la fin de la période de recharge hivernale. La tendance à la stabilisation devrait s’accentuer prochainement. Cette situation est assez habituelle pour cette période de l’année, indique le BRGM dans son état des nappes d'eau souterraine au 1er avril 2018. Les pluies des trois premiers mois de l’année 2018 ont induit une recharge efficace. »

Une bonne recharge hivernale

« Sur l’ensemble du territoire, les niveaux des nappes se situent autour de la moyenne voire plus hauts pour les deux tiers environ des points suivis (77 %), ils sont modérément bas à très bas pour les 23 % restants. Concernant les niveaux, on note que 28 % sont très hauts ou hauts, 28 % modérément hauts, 21 % autour de la moyenne, 12 % modérément bas et 11 % bas à très bas », constate le BRGM.

Parmi les nappes qui présentent les situations les plus favorables en cette période, avec des niveaux autour de la moyenne, voire plus haut, le BRGM cite :

  • La nappe des calcaires jurassiques du Berry dont les niveaux sont assez stables et se situent désormais au-dessus des valeurs moyennes.
  • La nappe de la craie champenoise dont les niveaux présentent, après plusieurs mois de pluies marquées, une tendance certes à la baisse mais avec des valeurs désormais hautes.
  • Les aquifères karstiques des régions de Montpellier et de Nîmes dont les niveaux ont orientés à la hausse et qui sont hauts voire très hauts pour cette période de l’année.
  • La plus grande partie des nappes de la région Corse qui présentent des niveaux désormais hauts. Les épisodes pluvieux des derniers mois ont induit une dynamique ascendante favorable.

Plusieurs secteurs présentent des situations moins favorables, avec des niveaux moyens voire bas par rapport aux moyennes, par exemple :

  • Les aquifères des secteurs amonts de la Région Paca qui présentent des niveaux dans la moyenne à cause d’une recharge hivernale assez réduite. Les niveaux sont cependant, pour beaucoup, stables.
  • Les aquifères de la vallée du Rhône, tout particulièrement en aval de Lyon, qui présentent des niveaux qui se stabilisent progressivement mais qui, pour beaucoup d’entre eux, sont bas, à cause d’un cumul de pluie faible sur le début d’année.
  • Les aquifères de la plaine du Roussillon dont tous les niveaux, désormais plus stables, sont toujours globalement bas. Ce secteur n’a pas bénéficié d’épisodes pluvieux significatifs qui auraient pu générer la recharge attendue.

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur :

Observatoire météo de Terre-net Média


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous