Nappes phréatiques Une situation hétérogène suite à un déficit pluviométrique

Terre-net Média

À l'occasion de son point d'étape au 1er mai 2021, le BRGM annonce que « la situation est hétérogène avec des niveaux très bas à hauts » mais « les tendances d'évolution sont à la baisse sur l’ensemble des nappes. » Pas de panique, ce phénomène est « habituel à cette période de l’année ».

Nappes phréatiques BRGMÉtat des nappes phréatiques au 1er mai 2021. Cliquez sur la carte pour l'agrandir. (©BRGM)

« En avril 2021, les tendances d'évolution sont à la baisse sur l’ensemble des nappes. Ce constat s’explique notamment par la sécheresse météorologique de ces dernières semaines mais est habituel à cette période de l’année. En effet, les pluies arrivant à s’infiltrer dans les sols sont absorbées par la végétation et n’atteignent que rarement les nappes.

La situation au mois d’avril est satisfaisante avec des niveaux proches à supérieurs aux moyennes mensuelles sur les nappes de la craie et des formations tertiaires du Bassin parisien et d’Artois-Picardie ainsi que sur les nappes alluviales et du Plio-quaternaire du Bassin aquitain. La situation est moins favorable sur le reste du territoire avec des niveaux modérément bas à très bas. Le bénéfice de la recharge excédentaire hivernale a été estompé par les déficits pluviométriques de ces dernières semaines ».

Prévisions pour l’été

Au cours du printemps et de l’été, « les eaux s’infiltrant dans le sol sont habituellement reprises par la végétation. Les orages estivaux favorisent le ruissellement et ne permettent généralement pas une infiltration efficace des eaux ». De plus, les prévisions saisonnières de MétéoFrance annoncent des « conditions plus sèches que la normale » pour le prochain trimestre. « La vidange devrait donc se poursuivre sur l’ensemble des nappes phréatiques du territoire jusqu’à la mise en dormance de la végétation, soit jusqu’à octobre à fin novembre, et/ou la survenue d’épisodes pluviométriques abondants.

Les précipitations ne devraient pas engendrer une recharge des nappes inertielles, sauf événements pluviométriques très exceptionnels. Sur les nappes réactives, les tendances dépendront des cumuls pluviométriques locaux, de l’évapotranspiration et des demandes en eau. Les épisodes pluviométriques importants pourront provoquer des recharges momentanées, permettant de soutenir les niveaux voire très ponctuellement d’observer une hausse de ceux-ci ».

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur :

Observatoire météo de Terre-net Média


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous