L'actu d'Arvalis Orges : des variétés de printemps semées à l'automne

Terre-net Média

En plaine de Dijon, des agriculteurs choisissent désormais de semer des orges de printemps dès l’automne, comme cela se fait dans les secteurs de Charente, de Touraine, du Berry et dans une moindre mesure, au nord du Centre. Une pratique qui mérite de s'y intéresser. Retour sur les résultats d’essais 2016/2017.

Essais orge de printemps en Bourgogne Franche Comté.Essais orge de printemps en Bourgogne Franche Comté. (©Arvalis)

Semer des variétés d'orge de printemps à l'automne semble présenter des atouts intéressants :

  • Atteindre la maturité plus précocement et éviter les sécheresses et échaudage de fin de cycle.
  • Exprimer pleinement la capacité de tallage et profiter du cycle entier (sans « coup de chaud ») pour atteindre ainsi un rendement et une qualité maximale.

Cependant, cette pratique peut exposer la culture à des épisodes de froid intenses et présente un risque de destruction par le gel (risque de gel au stade coléoptile et risque de gel hivernal). Par ailleurs, il faudra aussi être vigilant à la protection fongicide avec le risque de rhynchosporiose qui a tendance à se développer de façon importante sur les semis d’automne. Mais aussi au risque de verse. Dans le cas d’un automne doux, il y aura un tallage important qui conduira à un peuplement épis très dense.

Retour sur l’essai 2016/2017

En 2016/2017, nous avons mis en place un essai physiologie orges (hiver et printemps) en Plaine de Dijon, sur la commune de Rouvres en Plaine (21). Cet essai a été implanté dans un sol argilo limoneux profond à différentes dates de semis. À chaque date de semis de l’orge de printemps, a été semée RGT Planet.

Tableau 1 : Date et densité de semis de l’essai 2016/2017Tableau 1 : Date et densité de semis de l’essai 2016/2017 (©Arvalis)

La totalité de l’essai, et en particulier la date de semis la plus précoce, a été conduit comme une orge d’hiver (conduite agriculteur), puisque nous étions implantés au milieu d’une parcelle d’orge d’hiver.

Tableau 2 : Conduite de l’essai 2016/2017Tableau 2 : Conduite de l’essai 2016/2017 (©Arvalis)

L’orge de printemps, semée précocement à l’automne, a atteint le stade tallage autour du 6 novembre, alors que le semis plus tardif d’automne n’a atteint ce stade que début mars. Elle s’est développée sous un hiver froid et sec d’octobre à janvier, avec des températures en janvier descendant à - 10°C sous abri. Malgré le gel de feuilles ou de talles pour les plus développées, RGT Planet a « tenu le coup » car le froid est arrivé progressivement (photos).

Essai orge de printemps semé à l'automne.Essai orge de printemps semé à l'automne. (©Arvalis)

La reprise de végétation a eu lieu sous un climat chaud et humide en février et mars, puis la montaison s’est déroulée dans le froid et le sec. Cela n’a pas trop affecté le nombre d’épis/m² pour les orges de printemps semées à l’automne. Celles semées au printemps ont moins souffert du sec car elles ont bénéficié des pluies de mai pendant leur montaison. Le climat de ce printemps a été favorable pour l’orge de printemps d’un point de vue de la pression maladie qui est restée faible.

En avril et début mai, des températures très fraîches ont été enregistrées (< 4°C) mais elles n’ont pas eu d’impact sur RGT Planet, alors en pleine montaison. Enfin, la fin de cycle a été bien arrosée mais sous un régime de températures échaudantes fin mai et fin juin qui ont pu affecter les Poids de mille grains (PMG) et les calibrages des orges de printemps. La récolte a eu lieu le 6 juillet pour les trois dates de semis.

Malgré un froid important en janvier, de petites gelées en avril-mai, un printemps sec, et des températures échaudantes, le niveau de rendement de l’orge de printemps semée à l’automne est très bon (96 et 91 q/ha, respectivement pour les dates de semis du 29/09 et du 02/11/2016), ainsi que les teneurs en protéines qui sont dans les normes brassicoles (figure 1). À titre de comparaison, l’orge d’hiver Etincel, semée aux mêmes dates, a enregistré des rendements de 97 et 76 q/ha et des teneurs en protéines tout juste inférieures à 11,5 %.

Figure 1 : Rendements et teneur en protéines de RGT Planet – Rouvres en Plaine (21) – limons argileux profonds – 2016/2017Figure 1 : Rendements et teneur en protéines de RGT Planet – Rouvres en Plaine (21) – limons argileux profonds – 2016/2017 (©Arvalis)

L’orge de printemps semée à l’automne, variété RGT Planet, a pu bénéficier d’un cycle long, d’une faible pression maladie et a réussi à esquiver le dernier gros coup de chaud de fin juin (tableau 3). 

L’orge de printemps semée en février a moins souffert du sec à la montaison, mais a subi de plein fouet les périodes de chaud au moment du remplissage du grain, ce qui a impacté le PMG et le calibrage, et donc le rendement.

Tableau 3 : Date des stades des orges de printemps selon la date de semisTableau 3 : Date des stades des orges de printemps selon la date de semis. (©Arvalis)

Itt1 : Les essais se poursuivent en 2017

Étant donné que ces résultats sont issus d’une seule année et dans un seul lieu, l’essai physiologie orges a été renouvelé sur la commune de Barges (21) en Plaine de Dijon, toujours en sol argilo limoneux profond. Plusieurs espèces ont été semées le 28 septembre : de l’orge d’hiver (Etincel), de l’orge de printemps (RGT Planet) mais aussi du blé (LG Absalon). Les semis ont été réalisés en bonnes conditions dans un sol frais, avec peu de résidus (précédent BTH), à 300 grains/m². Les céréales étaient levées au 4 octobre.

L'essai orge de printemps semé à l'automne est reconduit cette année.L'essai orge de printemps semé à l'automne est reconduit cette année. (©Arvalis)

Avec un mois d’octobre très doux, les céréales ont eu une croissance rapide. Au 31 octobre, les céréales étaient déjà au stade tallage (1 talle pour les blés et orge d’hiver, et 2 talles pour les orges de printemps !). La présence de pucerons et cicadelles a été surveillée de près.

Les cultures démarrent bien.Les cultures démarrent bien. (©Arvalis)

Le froid étant revenu depuis début novembre, la croissance va ralentir. Espérons que le gel arrive progressivement pour que les céréales les plus développées passent l’hiver. 

Le 31 octobre, les mêmes espèces ont été semées dans un sol sec en surface mais frais en profondeur. La densité de semis était de 350 grains/m² pour les blés et orges d’hiver et 400 grains/m² pour les orges de printemps. La levée était attendue autour du 20 novembre. Prochain semis des trois espèces au printemps, si possible fin février.

Rédaction : Marine Mareschal (Arvalis - Institut du végétal)
© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous