Le groupe Soufflet sur le port de Rouen F. Monchablon : « Socomac exporte 1,6 Mt de grains par an, normalement… »

Terre-net Média

Filiale de Soufflet, Socomac gère la réception et l’exportation de grains sur le port de Rouen. Frédéric Monchablon a expédié par navire plus d'1,8 million de tonnes de grains sur la campagne 2013/2014. Les problèmes de qualité de la dernière récolte bousculent les habitudes logistiques mais sans jamais perdre de vue la satisfaction des clients.

Frédéric MonchablonFrédéric Monchablon, directeur de Socomac, filiale de Soufflet pour l’exploitation des silos céréaliers sur le port de Rouen. (©Terre-net Média)

Terre-net Média : Quelles sont les dimensions de l’outil logistique céréales de Soufflet sur le port de Rouen ?

Frédéric Monchablon : Socomac dispose de 160.000 t de capacités de stockage sur le port de Rouen dont 100.000 t de silos horizontaux (quatre cases de 10.000 t, un de 11.000 t, deux de 12.000 t et un de 25.000 t) et 60.000 t à la verticale (45 cellules de 120 à 1.800 t). Pour la récolte 2013, donc jusqu’à juin de l’année dernière, nous avons réceptionné un peu plus de 2 millions de tonnes de grains dont 1.835.000 t réexpédiées par navires pour l’exportation et 248.000 t par voie terrestre pour les outils de transformation du groupe. Nos expéditions représentent le quart des sorties du port de Rouen.

Tnm : D’où viennent les matières premières qui arrivent au silo ?

FM : Une petite moitié arrive par la route depuis les collecteurs situés dans un rayon de 120 km, en Seine-Maritime et dans l’Eure. L’équivalent vient par voie d’eau, depuis l’Yonne pour le plus loin, mais plutôt du bassin Parisien et du nord de Paris. Enfin, 5 % sont acheminés par le train. Seulement… Nous avons la capacité de déchargement pour trois trains par jour et nous n’en réceptionnons que deux par semaine, en raison des coûts de transport, de sillons manquants, d’accessibilité du silo… 40 % de l’approvisionnement a pour source l’activité Soufflet Agriculture, le reste vient d’autres organismes stockeurs. Le courtage des céréales s’opère, lui, depuis le siège du négoce à Nogent-sur-Seine dans l’Aube.

Tnm : Qui sont vos clients à l’export ?

FM : Notre premier acheteur est l’Algérie à laquelle se destine près de la moitié du blé. Au niveau de Rouen, premier port céréalier européen et cinquième mondial, c’est 60 % du blé qui part vers ce pays. Un client majeur pour le site. Cuba est également un client historique de Soufflet. Le débouché africain se développe, des moulins s’y construisent.

Tnm : Les problèmes de qualité rencontrés à la moisson 2014 affectent-ils votre activité ?

Oui, la logistique se révèle très compliquée cette année. Les blés arrivent avec un poids spécifique limite à 76-76,5 et des temps de chute souvent insuffisants, quand l’année dernière 40 % des blés réceptionnés atteignaient 250 d’Hagberg, 77 de PS et 11,5 de protéines. L’Algérie réclame 230 d’Hagberg et 77 de PS. L’indice d’Hagberg ne peut pas être moyenné ce qui impose de devoir trier un grand nombre de valeurs et de s’imposer une grande rigueur à la réception et au chargement des bateaux.

Mais dans tous les cas, nos clients seront approvisionnés même si cela implique de revoir toute notre logistique. Quitte à faire partir des bateaux de La Pallice ou de Southampton plutôt que de Rouen. Socomac va compter 60 à 80 % de débouchés fourragers sur cette campagne, surtout vers des pays d’Europe, contre zéro habituellement. Les flux s’inversent du fait des ajustements en fonction de la qualité de la collecte. Normalement, les blés parisiens viennent relever la qualité des productions alentour. C’est le contraire qui se produit sur cette campagne.

Sorties navires par espèces

Espèces

Campagne 2012/13

Campagne 2013/14

Blé

1.100.000 t

1.429.400 t

Orge fourragère

224.000 t

135.000 t

Malt

221.000 t

214.000 t

Orge brassicole

75.000 t

17.500 t

Féverole décortiquée (destinée à l’alimentation des saumons en Norvège)

35.000 t

25.500 t

Féverole alimentaire

16.000 t

12.500 t

Pois (en voie de disparition, les clients s’approvisionnent ailleurs, au Canada par ex.)

2.000 t

1.100 t

Total

1.673.000 t

1.835.000 t

Remarque : Socomac dispose de la seule unité de décorticage de féveroles en France. C’est la flottabilité de la graine qui intéresse les éleveurs de saumons.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous