Récolte des colzas Attendre la complète maturité pour éviter les pertes

Terre-net Média

Le Cetiom met en garde contre un enchaînement trop rapide entre récolte des orges d'hiver et celle des colzas. Un chantier trop précoce expose à un risque de pertes de quintaux.

Récolte des colzasUn bon réglage de la moissonneuse-batteuse associé à une coupe avancée et à un stade de récolte optimal permet de gagner facilement plusieurs q/ha. (©Terre-net Média)

« Le risque lié à une récolte de colzas qui ne seraient pas à complète maturité, dans la foulée des orges d’hiver, est à éviter absolument. » Le Cetiom conseille ainsi de ne pas se précipiter à commencer les chantiers colzas. En effet, « si les pailles sont trop humides et certaines siliques non mûres, les pertes de rendement peuvent être importantes. Ces dernières ne seront pas battues. Cela passera inaperçu alors que plusieurs quintaux auront été perdus. »

Pertes de rendement liées à des pailles et des graines trop humides.Pertes de rendement liées à des pailles et
des graines trop humides.
(©essai Cetiom à Estrées-Mons en Picardie)

Des siliques mûres, des graines à 9 % d'humidité

La récolte se fait idéalement quand les graines sont aux environs de 9 % d’humidité. Cependant, moissonner du colza est possible à partir de 12 % d’humidité sans crainte de perte de rendement en huile. Les pertes arrière augmentent lorsque les pailles transitant par la machine ne sont pas assez sèches. Par contre, la récolte sur végétation trop sèche (moins de 8 %) risque d'entraîner des pertes à l'avant de la machine dans le cas d'une récolte réalisée sans extension de coupe colza.
Recolter son colza au bon stade par cetiom


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous