Témoignage moissons Rendement très moyen attendu en colza après double battage obligatoire

Terre-net Média

L'Eta Hervé de Mazé dans le Maine-et-Loire a démarré la moisson le 8 juillet par l'orge d'hiver de brasserie. Les parcelles, aux résultats hétérogènes, donneront au global un rendement correct estimé à 55 q/ha. Les colzas, en situation difficile, sont mis en andains avant d'être battus. Le rendement ne devrait pas dépasser les 25 q/ha.

 

L’Eta Hervé frères a démarré la moisson dans le Maine-et-Loire, lundi, sur 18 ha. Grégoire Caillault, gérant de l’entreprise, témoigne de parcelles d’orges de brasserie, sans verse, qui se récoltent plutôt bien, mais aux résultats très hétérogènes. « Cela va du très moyen au très bon en fonction de la nature du sol. Une parcelle très sableuse a décroché et n’atteindra que 40 q/ha. Ailleurs, dans ce type de terre, le rendement tourne autour de 50-55 q/ha. A certains endroits très humides, des ronds noyés n’ont bien sûr rien donné. Devant le château de Montgeoffroy, le rendement atteint 67 q/ha. » Globalement, Grégoire Caillault estime à 55 q/ha le résultat en orge d’hiver, « une année correcte ».

Les premiers blés devraient passer sous la batteuse une fois les orges finies, fin de semaine prochaine.

Des colzas d'abord mis en andains

Quant aux colzas, « le résultat s’annonce plus que très moyen ». Le déroulement de la campagne ne leur a vraiment pas été favorable. Une mauvaise implantation, dans le sec, a compliqué la levée. Les plantes n’ont pas poussé suffisamment, les parcelles sont claires. Les adventices ont eu toute la place pour se développer. « Les cultures sont envahies pour 80 % d’entre elles. » L’Eta n’a d’autre choix que de les précouper à la faucheuse andaineuse. « Le travail a commencé cette semaine. Nous faisons des andains pour un battage prévu cinq à huit jours plus tard selon les conditions météo. » La technique permet de faire sécher la culture et les mauvaises herbes « pour éviter d’encrasser la machine avec le vert. » Le colza n’est pas fauché à pleine maturité mais il l'atteindra au sol. « Je m’attends à ne récolter que 20-25 q/ha de colza pour cette campagne, contre 35-40 en année normale. »

Pour la suite, la préparation des semis risque d’être compliquée. Depuis septembre, il est tombé 1.000 à 1.100 mm d’eau dans la région, contre 800-850 normalement sur douze mois. « Les terres sont serrées, battues. Le travail du sol s’annonce difficile. Il va falloir décompacter, desserrer tout ça. »

Reportage vidéo réalisé par Christian Watier, photographe et vidéaste spécialiste de l'agriculturewww.watier-visuel.fr et Watier visuel Youtube.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous