Agriculture biologique Sept clés pour des intercultures efficaces

Nathalie Tiers Terre-net Média

Les couverts végétaux contribuent à la robustesse des systèmes de culture biologiques. Ils doivent être pensés avec les contraintes spécifiques à ce mode de production.

Mélange semé en avoine, tournesol, phacélie, radis chinois et vesce au salon Tech et bio à La-Roche-sur-Yon fin mai. Il vise à restructurer le sol, capter l'azote, concurrencer les adventices et peut être valorisé en fourrage.Mélange semé en avoine, tournesol, phacélie, radis chinois et vesce au salon Tech et bio à La-Roche-sur-Yon fin mai. Il vise à restructurer le sol, capter l'azote, concurrencer les adventices et peut être valorisé en fourrage. (©Nathalie Tiers) Durant les périodes d’intercultures, l’utilisation de couverts végétaux est source de multiples fonctions : limiter les transferts de nitrates vers les eaux ; mobiliser les éléments nutritifs du sol (P, K) ; réduire les achats d’engrais chimiques grâce à la restitution d’azote entre autres ; préserver la structure du sol et lutter contre l’érosion ; concurrencer le développement des adventices ; maintenir et développer la biodiversité ; produire du fourrage pour les animaux. En production biologique, ces intercultures ont un rôle particulièrement important dans l’équilibre du système, à condition d’être bien réfléchies. Car il n’existe pas ou peu de leviers de rattrapage en termes de destruction des couverts, et de lutte contre les maladies et les ravageurs. Le choix du couvert doit donc répondre à plusieurs règles.

Diversifier les espèces pour atteindre tous les objectifs

Les conditions climatiques favorisent certaines espèces et en défavorisent d’autres. La diversification de l’association assure donc la réussite du couvert quelle que soit la météo. Il faut penser au caractère gélif ou non-gélif des plantes selon le mode de destruction que l’on veut privilégier, et l’objectif éventuel de récolte en sortie d’hiver (coupe pour fourrage).

Éviter les espèces présentes dans la rotation

Pour couper les cycles des ravageurs et des maladies, il faut éviter d’introduire dans les couverts les espèces utilisées en cultures. Ce n’est pas toujours évident étant donné la longueur et la diversité des rotations en agriculture biologique. Au minimum, il faut limiter et surtout espacer les espèces semblables. Attention aux graminées pouvant générer des repousses et imposer une destruction mécanique.

Jouer sur la complémentarité des espèces

Un couvert doit coloniser toutes les strates aériennes afin d’atteindre une production de biomasse d’au moins 4 tonnes de matière sèche par hectare (plantes couvrantes, tuteurs, grimpantes). « Plus un couvert est dense, plus il apporte de nourriture à la vie du sol, et plus sa destruction est efficace » assure Mathieu Arnaudeau de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire. Cette occupation de l’espace est également un moyen de concurrencer les différents types d’adventices. La colonisation doit s’opérer aussi au niveau racinaire en visant notamment un développement vertical (racines pivot) afin d’éliminer les obstacles aux racines des cultures à suivre.

Veiller à la précocité des variétés

La destruction du couvert doit se faire impérativement avant la montée à graines pour éviter le salissement des parcelles. En fonction de la durée souhaitée de l’interculture, il faut donc adapter la précocité des variétés.

Angèle Casanov de Terrena et Mathieu Arnaudeau de la Chambre d'agriculture des Pays de la Loire au salon Tech et bio à La Roche-sur-Yon les 30 et 31 mai 2018.Angèle Casanov de Terrena et Mathieu Arnaudeau de la Chambre d'agriculture des Pays de la Loire au salon Tech et bio à La Roche-sur-Yon les 30 et 31 mai 2018. (©Nathalie Tiers)

Réfléchir au mode de destruction... avant l’implantation !

« La réflexion sur la destruction du couvert doit être initiée dès le début car il n’y a pas de solution chimique de rattrapage, insiste Mathieu Arnaudeau. Et pour contenir les coûts, il est important de limiter les interventions mécaniques. » Les modes de destruction à disposition sont le gel, le roulage, le broyage, le déchaumage, ainsi que le labour (léger ou profond). Une gelée blanche combinée à un roulage suffit en général à détruire un couvert : c’est la solution la plus économique. Le broyage ou le déchaumage seront utiles pour prémâcher la matière organique, avant de l’intégrer éventuellement au sol via un labour. Dans le cas d’un couvert à vocation fourragère en sortie d’hiver et comprenant souvent une céréale, la destruction s’opère via la coupe. Un travail du sol, même léger, est ensuite incontournable pour détruire la graminée et préparer l’implantation de la culture suivante.

Choisir la date de destruction pour optimiser les restitutions

En agriculture biologique, les intercultures ont un rôle d’engrais vert. Pour une restitution efficace de l’azote, il faut définir la date de destruction en fonction de la vitesse de dégradation et de minéralisation de la biomasse. « Avec des couverts plutôt lignifiés au ratio C/N élevé tels que les crucifères ou graminées, seulement 10 % de l’azote piégé sera disponible au bout de deux mois, explique Angèle Casanova, conseillère en agriculture biologique chez Terrena. Il faut donc planifier la destruction plutôt à l’entrée de l’hiver. En revanche, si le couvert contient beaucoup de légumineuses, jusqu’à 40 % de l’azote sera disponible deux mois après la destruction. Celle-ci peut alors être plus proche du semis de la culture suivante. » Des outils de calcul des restitutions NPK ont été développés tels que la méthode Merci1 par la Chambre d’agriculture de Poitou-Charentes, ou l’application myChlorofiltre par le semencier Jouffray-Drillaud.

Trouver sa recette

En conclusion, les conseillers rappellent qu’il n’existe pas de couvert type : sa composition doit être définie en fonction des objectifs et des contraintes de l’exploitation. « L’idéal est de faire des tests sur ses propres parcelles et sur de petites surfaces. »

1. Merci = méthode d’estimation et de restitution par les cultures intermédiaires, téléchargeable sur Internet.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous