L'info marché du jour
Plus de la moitié des lignes de production d'ammoniac en Europe sont à l'arrêt

Les prix du gaz explosent et écrasent les marges de production de l’ammoniac, à l’origine de la fabrication des engrais azotés. Conséquence : les fermetures de lignes de production se multiplient en Europe.

Avec la flambée des prix du gaz, de plus en plus d'usines de production d'ammoniac stoppent ou réduisent leur activité (©AdobeStock)
Avec la flambée des prix du gaz, de plus en plus d'usines de production d'ammoniac stoppent ou réduisent leur activité (©AdobeStock)

52 % de la capacité européenne (hors Ukraine) de production d’ammoniac était à l’arrêt au 30 août, selon les analystes du groupe CRU, contre 26 % la semaine précédente.

De nombreux fabricants d’engrais azotés stoppent ou réduisent en effet leur production d’ammoniac pour maintenir leur rentabilité, dans un contexte où les prix du gaz – qui constituent 90 % de leurs coûts de production – continuent de flamber et de battre des records historiques.

Grupa Azoty, le premier producteur polonais, a annoncé la semaine dernière qu’il suspendait 90 % de sa production d’ammoniac. Le leader lituanien Achema a cessé temporairement de produire début septembre, tandis que l’industriel hongrois Nitrogenmuvek Zrt est à l’arrêt depuis début août et que le Slovaque Duslo ne fonctionne que par intermittences.

Le groupe Yara a de son côté annoncé qu’il limitait sa production en Europe à 35 % de ses capacités, sans préciser quels sites sont concernés. Cela va représenter une chute annuelle de 3,1 Mt d’ammoniac, et générer une perte de 4 Mt d’engrais azotés sur le marché européen.

En France, l’usine Borealis de Grandpuits (Seine-et-Marne) devrait stopper sa production pendant deux mois, d’après les analystes d’Argus media.

« Les producteurs mondiaux d'urée devraient bénéficier de la réduction de la production européenne d'ammoniac et de nitrates, juge le CRU, avec des volumes exportés depuis le Maghreb, le Moyen-Orient et même l’Indonésie ».

Face aux craintes de pénurie, les exportateurs du Maghreb et du Moyen-Orient augmentent d’ailleurs leurs tarifs, ajoute Marius Garrigue sur Terre-net. Mais ces prix hauts incitent à réduire les applications, et « la demande ressort encore très restreinte en Europe depuis plusieurs semaines ».

Inscription à notre newsletter
a lire également
synthèse des indicateurs
marché à terme
  • Blé tendre 03/2022
    +12€/t
    393,75€/t
  • Maïs tendre 03/2022
    -12€/t
    393,75€/t
  • Colza 03/2022
    +12€/t
    393,75€/t
physique
  • Blé tendre 03/2022
    +12€/t
    393,75€/t
  • Maïs tendre 03/2022
    -12€/t
    393,75€/t
  • Colza 03/2022
    +12€/t
    393,75€/t

Déja 9 réactions