Distances d'épandage
Manifestation d'agriculteurs devant le Conseil d'État

Feu de palettes et grosse colère : des dizaines d'agriculteurs ont manifesté mardi matin devant le Conseil d'Etat pour protester contre la demande faite au gouvernement de renforcer les règles encadrant les distances d'épandages des pesticides.

Armés de pancartes dénonçant l'« Inquisition » ou une « République des juges », les agriculteurs venus du grand bassin parisien ont fait flamber des palettes de bois devant les grilles de la plus haute juridiction administrative avant d'être délogées par les forces de l'ordre.

« On connaissait le gouvernement et les lois. On connaît maintenant le Conseil d'État qui, finalement pour nous, devient le deuxième gouvernement de la France puisqu'il sanctionne systématiquement un certain nombre de textes depuis quelques mois », a déclaré à l'AFP Damien Greffin, président de la FNSEA pour le Grand Bassin parisien.

Fin juillet, le Conseil d'Etat a demandé au gouvernement de renforcer sous six mois la réglementation encadrant l'épandage des pesticides « pour mieux protéger la population ».

Après plusieurs mois de polémiques, le gouvernement avait fixé en décembre 2019 les distances minimales à respecter entre les zones d'épandage de produits phytosanitaires et les habitations : cinq mètres pour les cultures dites basses comme les légumes et céréales, et dix mètres pour les cultures hautes, fruitiers ou vignes.

Le décret prévoyait également des dérogations ramenant ces distances à trois mètres pour les cultures hautes et cinq pour les basses, dans le cadre de « chartes d'engagement départementales » proposées par les utilisateurs de produits phytosanitaires et validées par les préfets après avoir été soumises à concertation publique.

Ce sont ces distances minimales qui ont été contestées par des associations, communes ou agriculteurs bio. Le Conseil d'État a estimé que les distances minimales d'épandage fixées à cinq mètres pour des produits dont la toxicité n'est que suspectée étaient « insuffisantes » et a donné six mois au gouvernement pour revoir sa copie.

Alors que l'échéance approche, les agriculteurs sont de plus en plus inquiets, redoutant d'importantes pertes de production si les distances sont allongées. Ils questionnent aussi la mise en œuvre de ces dispositions.

« Quand on prend son tracteur pour aller travailler son champ, on va devoir aller prévenir ses riverains, ses voisins. (...) On ne peut pas demander à un agriculteur de téléphoner à 200 personnes pour leur dire "Attention, je sors mon tracteur pour aller dans les champs!". On en est rendu là. C'est risible », s'est emporté Damien Greffin.

Inscription à notre newsletter
a lire également

Déja 6 réactions