Pac, loi d’avenir, compétitivité A l’Apca, beaucoup d’inquiétudes (et d’espoirs) pour 2014

Terre-net Média

Après le constat d’une année 2013 « noire » et en l’absence de résultats positifs perceptibles, Guy Vasseur, le président de l’Apca, s’inquiète à plus d’un titre de la politique et de l’action gouvernementale pour l’agriculture.

A l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture, on refuse de penser que l’année 2014 pourrait être pire que celle écoulée. Entre la perte d’une grande figure du syndicalisme agricole – Jean-Michel Lemétayer – les conditions climatiques très difficiles entraînant de nombreux cas de catastrophe naturelle et surtout la baisse de plus de 18 % du revenu des agriculteurs, 2013 aura été une « année noire » selon Guy Vasseur, le président de l’Apca. « Même s’il y a eu, ne l’oublions pas, des points positifs comme la sauvegarde du budget européen », souligne le leader des Chambres d’agriculture.

Pour éloigner le spectre d’une nouvelle année difficile pour l’agriculture française, Guy Vasseur se nourrit, en ce début d’année 2014, de nombreux vœux, visant essentiellement le Gouvernement. Car le président de l’Apca reste inquiet sur son action en de nombreux points.

« J’ai peur que, dans les différents chocs que le Gouvernement a initiés – choc de compétitivité, choc de simplification… - il ne reste au final que le mot choc », a t-il ainsi expliqué lors de la présentation de ses vœux. En matière de compétitivité notamment, Guy Vasseur dénonce l’impossibilité pour les coopératives de bénéficier du Cice, même si Stéphane Le Foll, au congrès de Coop de France en décembre, s’est engagé à trouver une alternative.

2013 n’a pas vu non plus le choc de simplification pourtant promis par le ministre de l’Agriculture. Et, selon l’Apca, le projet de loi d’avenir agricole actuellement débattu à l’Assemblée nationale ne laisse pas entrevoir de simplifications pour les agriculteurs. Le Gouvernement a même déposé, la veille de l’ouverture des débats, un amendement visant à conférer  à la Msa la tenue d’un « répertoire des exploitations agricoles » en lieu et place du « régistre des agriculteurs » que la loi confie jusqu’à présent aux Chambres d’agriculture. Même si la tenue de ce registre n’était pas effective, faute de texte d’application, « cet amendement tourne complètement le dos à la simplification ! »

« Quel mauvais vendeur ! »

Quant à la première rencontre, mardi 7 janvier, entre Stéphane Le Foll et son nouvel homologue allemand Hanz-Peter Friedrich, au cours duquel ils ont essentiellement affiché des idées communes en matière d'agro-écologie, ce n’est clairement pas la priorité aux yeux de l’Apca. « Que le ministre aille plutôt vendre la compétitivité de notre agriculture, et qu’il revienne avec des éléments d’harmonisation sociale et environnementale ! »

Quant à la réforme de la Pac, « il y a encore beaucoup de travail ». Après le conseil supérieur d’orientation de décembre, à l’issue duquel le Gouvernement a présenté ses choix finaux, il resterait encore autant de réunions qu’avant ce Cso. Et Guy Vasseur d’espérer que « Stéphane Le Foll se rendra compte très vite que la surdotation des 52 premiers hectares n’aura pas été une bonne idée. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous