Projet de loi alimentation La Confédération paysanne manifeste devant l’Assemblée nationale

Terre-net Média

Au deuxième jour de l’examen, par les députés, du projet de loi EGA, des agriculteurs de la Confédération paysanne ont manifesté devant l’Assemblée nationale, pour exiger « une loi ambitieuse pour le revenu des paysans ».

Des agriculteurs de la Confédération paysanne manifestaient mercredi 23 mai devant l'Assemblée nationale. Des agriculteurs de la Confédération paysanne manifestaient mercredi 23 mai devant l'Assemblée nationale. (©Confédérationpaysanne)

« A rrêtez l'enfumage ! », ont scandé des agriculteurs de la Confédération paysanne. Au deuxième jour de l’examen, par les députés, du projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole, le syndicat manifestait devant les grilles de l’Assemblée nationale pour réclamer une « loi ambitieuse pour le revenu des paysans ».

« Cette loi risque de ne rien résoudre tant sur le revenu paysan que sur la transition des systèmes si des amendements allant plus loin dans cette direction ne sont pas adoptés », expliquent les représentants du syndicat, justifiant l’usage de sifflets et de fumigènes. « Les fumigènes, pour dénoncer un discours « d’ enfumage » du ministre et du rapporteur qui prétendent que la loi, en l’état, va permettre de rémunérer les paysannes et paysans au niveau du coût de revient de leur production ; des sifflets pour exiger l’introduction dans la loi d’un arbitrage public des négociations commerciales. »

La Confédération paysanne demande aussi l’instauration d’un « prix abusivement bas  », « sur la base d’un prix d’achat aux producteurs au-dessus de leur coût de revient, afin d’empêcher la vente à perte ». Le syndicat souhaite aussi un renforcement du rôle de l’observatoire de la formation des prix et des marges, notamment la définition des coûts de production dans chaque filière agricole, et réclame surtout une meilleure assurance en matière de partage de la valeur ajoutée.

« Dans le projet de loi, les interprofessions pourront inciter à ce partage mais ne pourront pas l’imposer aux industriels et à la grande distribution », explique-il, rappelant au passage que « l’article 1 (NDLR, celui sur la contractualisation et les négociations commerciales) ne concernera que les filières régies par la contractualisation, à savoir pour le moment la seule filière lait », rappelle le syndicat.

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous