Transition énergétique Le gaz vert a un rôle à jouer selon la commission de régulation de l'énergie

AFP

Le gaz renouvelable a un rôle à jouer dans la transition énergétique en France et peut tenir ses objectifs de croissance, à condition notamment de mobiliser les bio-ressources, souligne un rapport sur le "verdissement du gaz" paru mardi.

En particulier, le prix du "gaz vert" pourra être compétitif, estime le Comité de prospective de la commission de régulation de l'énergie (CRE), dans ces travaux publiés mardi, et qui ont réuni acteurs privés et publics, énergéticiens, représentants agricoles ou encore l'Institut national de la recherche agronomique (Inra). Le gaz naturel fossile représente aujourd'hui environ 20 % de l'énergie finale consommée en France et 20 % des émissions de gaz à effet de serre du pays.

La loi de transition énergétique de 2015 prévoit un passage à 10 % de gaz "vert", c'est-à-dire issu de ressources renouvelables comme la biomasse, à l'horizon 2030. « Nous considérons réaliste (ce) scénario », souligne le texte. « Il s'agit d'une cible ambitieuse, qui conduirait la France à multiplier sa production annuelle par un facteur 30. Elle paraît néanmoins accessible, compte tenu de la dynamique engagée et du nombre de projets en cours. »

Le prix du biogaz pourrait baisser de 30 % d'ici 2030

Technique de valorisation de déchets organiques (résidus de cultures notamment), la méthanisation reste la plus prometteuse (plus de 700 unités en France, plus de 10 000 en Allemagne). Reste qu'il faudra développer la ressource disponible, souligne le rapport, qui évoque la mobilisation de cultures intermédiaires sur sols en jachère et couverts végétaux dédiés. Au-delà des ressources agricoles, d'autres bio-déchets devront entrer dans le processus, issus des industries agro-alimentaires, des boues des stations d'épuration, des ordures ménagères.

Pour ce qui est de son coût, le prix du biogaz est aujourd'hui entre 90 et 120 euros le MWh, contre environ 25 euros pour le gaz naturel, hors prix du CO2. D'ici 2030, il pourrait baisser de 30 % grâce aux progrès technologiques, et aux gains multiples réalisés : émissions de gaz à effet de serre en moins, engrais fourni aux agriculteurs, recul des pollutions liées aux déjections d'animaux d'élevage, note le rapport, qui insiste aussi sur l'indépendance énergétique à laquelle il contribue.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous