Crise de la viande bovine Pas d'accord après la table-ronde, nouvelle réunion dans un mois

Afp

La table-ronde qui a réuni mardi au ministère de l'Agriculture la filière de la viande bovine à l'appel des éleveurs qui dénoncent l'effondrement des prix n'a pas abouti à un accord, mais les participants doivent de nouveau se réunir dans un mois.

« N ous ne sommes pas arrivés à un accord. C'était une réunion difficile car dans cette filière chacun a à la fois des revendications et en même temps un besoin de travailler de manière beaucoup plus collective », a indiqué le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll aux journalistes, au sortir de la réunion .

« Les producteurs connaissent des difficultés majeures, donc j'ai insisté pour que les prix soient revalorisés, mais ce n'est pas le ministre qui décide du prix », a-t-il déclaré en ajoutant que les différents intervenants devaient « se revoir dans un mois ».

Le président de la Fédération nationale bovine, Jean-Pierre Fleury, qui demande que le kilo de viande bovine soit revalorisé de 60 centimes d'euros, a lui dénoncé le « mépris » de la part des entreprises d'abattage et de la distribution qui n'ont « pas eu un seul mot par rapport à la situation que vivent les éleveurs », selon lui, lors de cette réunion. Pour lui, le rendez-vous que le ministre organise dans un mois sera « décisif ». « Il nous reste un mois, le compte à rebours est lancé. On espère que la sagesse va l'emporter et que des décisions vont être prises dans les semaines à venir », a-t-il dit, ajoutant que sans réponse de la part de la filière, « on va inévitablement vers le conflit ».

Blocages d'abattoirs

Les éleveurs bovins ont mené des opérations « coup de poing » contre des abattoirs depuis la semaine dernière dans toute la France pour demander la tenue de cette réunion. Mardi matin, des éleveurs de viande bovine de Bourgogne et de Rhône-Alpes ont encore organisé le blocage du plus gros abattoir de l'entreprise Bigard à Cuiseaux, en Saône-et-Loire.

Les éleveurs attendaient beaucoup de cette réunion avec les autres membres de la filière, abatteurs, transporteurs et distributeurs, mais étaient également prêts à maintenir la pression pour arriver à leurs fins. « La négociation risque d'être dure, nous donnerons un ultimatum à nos intervenants », a ainsi expliqué mardi à l'Afp un responsable de la Fdsea de la Moselle, Francis Jacques.

« Il faut que les grandes surfaces et les abatteurs, dont les exercices et les marges sont à nouveau positives, partagent leurs résultats avec leurs éleveurs, sinon, d'ici un mois il y aura d'autres actions », a prévenu le syndicaliste.

Selon l'Observatoire des prix et des marges, en 2014, les prix de la viande à la production ont baissé de 6 à 8 % tandis que les prix au détail étaient en « hausse modérée » de 1 %.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous