Stéphane Travert nommé à l’agriculture Pascal Ferey : « Un ministre à l’écoute, constructif, pragmatique et européen »

Terre-net Média

Président de la Chambre d’agriculture de la Manche et secrétaire adjoint de l’APCA, Pascal Ferey connaît bien Stéphane Travert, le nouveau ministre de l’agriculture et de l’alimentation, député de sa circonscription manchoise. L’agriculteur estime que sa nomination est « positive » pour le secteur agricole.

La nomination, mercredi 21 juin 2017, de Stéphane Travert au ministère de l’agriculture suscite une réaction plutôt positive de la part de Pascal Ferey, président de la Chambre d’agriculture de la Manche. Le responsable professionnel le connaît bien puisqu’ils sont de la même circonscription manchoise.

« On ne peut pas dire que c’est quelqu’un qui a de l’expérience en matière agricole localement. Mais depuis qu’il a été élu député en 2012, nous l’avons régulièrement sollicité », explique-t-il.

Pascal Ferey, président de la chambre d'agriculture de la Manche et secrétaire adjoint de l'APCA.Pascal Ferey, président de la Chambre d'agriculture
de la Manche et secrétaire adjoint de l'APCA. (©APCA)
« C’est un homme à l’écoute, constructif, très professionnel et toujours curieux de comprendre les dossiers. Il est très présent sur les sujets pour lesquels il est sollicité. Cela a été le cas lorsqu’il était conseiller régional de 2010 à 2015. Il était en charge de la mer et, indirectement, d’une partie des fonds européens Feader. J’ai pu voir qu’il était très actif avec l’Europe. »

Selon Pascal Ferey, Stéphane Travert est aussi un « proactif sur l’innovation et la recherche et développement ». « Globalement, sa nomination est plutôt une bonne chose car il vient d’un grand département agricole et rural et parce qu’il a la volonté de faire avancer les choses. »

Autant de qualités qui seront nécessaires pour aborder et régler rapidement les difficultés que traversent les agriculteurs. « Il faut qu’il précise à nouveau le calendrier de versement des aides Pac, car il est choquant de voir l’État être aussi désinvolte avec celles-ci et, dans le même temps, aussi rigoriste avec toutes les réglementations auxquelles sont soumis les agriculteurs. »

Le premier chantier agricole pour Stéphane Travert démarrera dès les 5 ou 6 juillet, pour le lancement des États généraux de l’alimentation. « J’attends une traduction dans les faits des promesses d’Emmanuel Macron sur la plus juste répartition de la valeur et la meilleure rémunération des agriculteurs. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous