Jean-Yves Dagès, président de Groupama « Réforme de l’assurance des récoltes : n’ayons pas la main qui tremble ! »

Jean-Yves Dagès Terre-net Média

Dans une tribune, le président de Groupama, Jean-Yves Dagès, rappelle que plusieurs conditions doivent être réunies pour permettre un réel élargissement de l’assurance à tous les agriculteurs, comme l'ambitionne le projet de loi présenté le 1er décembre en conseil des ministres. Il évoque notamment l'importance de garantir aux assureurs l’exclusivité de distribution des contrats MRC subventionnés, et de permettre la mutualisation des contrats au sein d’un pool d’assureurs. (Article paru une première fois le 02/12 à 16h30)

Jean-Yves Dagès, président de GroupamaJean-Yves Dagès, président de Groupama (©Groupama)

Lors du Conseil des ministres du 1er décembre 2021 a été présenté un important projet de réforme de la gestion des risques climatiques en agriculture. Structuré autour d’un partenariat public-privé original, ce projet confie aux assureurs un rôle nouveau au service de la résilience des exploitations agricoles de notre pays.

C’est pour nous un véritable défi ! En effet, jusqu’à présent les assureurs commercialisaient les contrats « multirisque climatique » (MRC) subventionnés tout en ayant la possibilité de sélectionner les risques à couvrir. Demain, les entreprises d’assurance souhaitant diffuser ces contrats devront garantir un large accès aux agriculteurs sur la base d’un principe d’universalité.

Il est ainsi indispensable que les assureurs (...) bénéficient de l’exclusivité de distribution des contrats MRC subventionnés

Pour assurer cette mission, il est indispensable qu’un certain nombre de conditions soient remplies. Or, le projet d’ordonnance qui traite de cet enjeu (article 7) énumère les obligations qui pourraient être imposées aux assureurs sans identifier celles qu’il est absolument nécessaire de mettre en œuvre. Pour nous, il est ainsi indispensable que les assureurs qui acceptent de mettre en commun leurs données et leurs risques bénéficient de l’exclusivité de distribution des contrats MRC subventionnés. Sans cette exclusivité, nous obtiendrons un résultat opposé à l’objectif d’universalité recherché, à savoir une sélection accrue des risques favorisée par une meilleure connaissance de ceux-ci ! Quel paradoxe !

Nous sommes convaincus que seule la mutualisation de tous les contrats au sein d’un « groupement d’assureurs » permettra d’améliorer significativement la connaissance des risques et donc leur tarification. Avec cette mutualisation, nous assurerons la pérennité de l’offre d’assurance face au dérèglement climatique.

Groupama, premier assureur du monde agricole, est prêt à participer sans réserve à cette démarche de mutualisation à condition qu’elle permette d’atteindre les objectifs fixés. Aussi, au moment de finaliser cette réforme, n’ayons pas la main qui tremble et prenons toutes les décisions nécessaires. L’exemple espagnol est à ce titre sans ambiguïté !


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média