Commerce extérieur À l'export, la pomme de terre française a toujours le vent en poupe

Terre-net Média

Les exports français de pommes de terre de conservation se sont une fois de plus maintenus en hausse au cours du mois de mai comparé à 2019. Mais par rapport aux niveaux des années précédentes, cette progression est à relativiser selon le CNIPT.

Pommes de terre Comme en avril, les exports de pommes de terre de conservation ont progressé de 5 % en volume au cours du mois de mai par rapport à 2019. (©Terre-net Média)« À l’export, le marché du frais a été à deux vitesses entre les produits de qualité et les produits plus basiques », a expliqué le CNIPT (Comité national interprofessionnel de la pomme de terre) dans un communiqué le 15 juillet. « Sur les produits conditionnés lavés, la demande est restée vive auprès des acheteurs de la distribution locale. En revanche, les transactions ont été plus rares sur les produits basiques, principalement ceux destinés aux acheteurs du marché du gros. »

Au cours du mois de mai, les exportations françaises de pommes de terre de conservation ont de nouveau progressé en volume par rapport à mai 2019 (+ 5 %, à 157 000 t). Pourtant, les quantités exportées sont en net repli par rapport à la moyenne des trois dernières années (- 12 %). La raison à cela : « en mai 2019, les exportations avaient fortement réduit par manque de disponibilités », alors ce n’est pas bien difficile de faire mieux cette année. Cette hausse des volumes d’une année sur l’autre est donc à relativiser. D’autant plus qu’en valeur, les quantités qui ont été exportées représentent 39,2 M€ : une somme en recul, que ce soit par rapport à 2019 (- 18 %) ou à la moyenne quinquennale (- 9 %). En tête des principales destinations de la pomme de terre française : la Belgique, l’Espagne et l’Italie, surtout, mais aussi les pays d’Europe de l’Est.

À lire, le bilan du mois d'avril : La pomme de terre française s'exporte bien

En cumul depuis le début de la campagne (de début août 2019 à fin mai 2020), les exports ont augmenté en volume (+ 3 %, à 1,8 Mt) mais diminué en valeur (- 15 %) sur un an. Sur cette même période, les importations en pommes de terre de conservation ont en revanche chuté (- 4 %, à 229 327 tonnes).

Mais c’est sur le marché des pommes de terre primeur que la chute des importations françaises est la plus marquée : une baisse annuelle de 45 %, avec 12 454 tonnes importées de janvier à mai 2020. « Cette baisse découle de deux facteurs : la préférence portée sur l’origine France dans les achats de produits de saison et la présence de quelques stocks de l’ancienne récolte. »

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous