Commerce extérieur La pomme de terre française s'exporte bien

Terre-net Média

La pomme de terre française a continué de bien s'exporter au cours du mois d'avril, note le CNIPT dans son dernier bilan sur le commerce extérieur. Mais la progression est tout de même plus modérée qu'au début de la crise du Covid-19. Les exports sont également particulièrement variables selon les destinations.

Pommes de terre  Les exports de pommes de terre ont perdu 20 % en valeur par rapport à avril 2019. (©Pixabay)

Au cours du mois d’avril 2020, les exportations de pommes de terre françaises ont continué de progresser, « mais plus modérément qu’au début de la crise sanitaire », constate le CNIPT. Les exports ont enregistré une hausse de 5 % en volume comparé à la campagne précédente.

Pour l’interprofession, c’est « une activité soutenue au début du mois sur des produits répondant aux exigences de la distribution locale » qui en est à l’origine. Pour autant, les exports ont perdu 20 % en valeur par rapport à avril 2019. 

Une variabilité selon les destinations

Si les exports sont globalement en hausse, s’élevant à 258 300 t, les situations sont variables selon les destinations.

Les ventes ont progressé vers l’Espagne (+ 12 %, 81 800 t) et l’Italie (21 %, 51 800 t), portées par une demande soutenue sur des produits destinés au marché du frais. La Belgique a également acheté davantage de pommes de terre françaises (+ 16 %, 43 700 t). Mais le CNIPT note le caractère « surprenant » de cette hausse, « au moment où les industriels fermaient plusieurs lignes de production ». Il précise toutefois que « ces volumes correspondent pour la plupart à des engagements contractuels pris avec des producteurs français situés près de la frontière ».

En revanche, les ventes reculent vers le Portugal (- 18 %, 20 700 t) et l’Allemagne (- 32%, 13 000 t). Pour la première destination, il s’agit « probablement d’un contrecoup après la croissance observée en mars ». Pour la seconde, c’est une activité « exceptionnellement forte » en avril 2019 qui explique une telle différence. « La demande de l’Allemagne sur le produit grenaille a manqué également d’entrain suite à l’arrêt d’activité des restaurants. »

Au total, depuis le début de la campagne (août 2019 à avril 2020), « les volumes exportés de France (1,68 Mt) ont progressé de 3 % sur un an et chuté de 14 % en valeur.

Effondrement des importations 

Les importations de pommes de terre primeur vers la France ont en revanche chuté de 32 % (en volume entre janvier et avril 2020 par rapport à l’an dernier. Les achats en provenance d’Israël, actuellement le principal fournisseur de la France sur ce segment, ont fortement chuté (- 29 %, 6 400 t).

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous