Moisson 2020 De meilleures conditions météo font grimper les rendements de l'orge en Europe

Terre-net Média

La météo plus clémente en juin a permis d’atténuer en partie les dommages causés par un automne trop humide et un printemps trop sec. Les perspectives de rendement de certaines cultures de l’Union européenne pour la récolte 2020/21 s’améliorent dans plusieurs régions. Pour autant, si les prévisions remontent pour l'orge, elles diminuent pour le blé tendre.

Récolte d'orgeLe rendement prévisionnel de l'orge de printemps est en hausse de 7,8 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. (©@LefezS)  « Les récentes conditions météorologiques proches de la moyenne, avec des précipitations bien réparties et relativement peu de vagues de chaleur, ont été favorables aux cultures dans de nombreuses régions d'Europe », a annoncé le service de surveillance des cultures Mars de la Commission européenne dans son rapport mensuel dévoilé le lundi 27 juillet. Ce qui a permis une amélioration des perspectives de rendements dans certaines zones. « Cependant, les événements météorologiques extrêmes ayant touché une grande partie de l'Europe centrale, du sud-ouest de la Finlande et du sud de la Russie ont eu des effets négatifs importants, principalement sur les cultures d'hiver. »

Le grand gagnant : l’orge de printemps. C’est la céréale qui a connu la plus forte révision à la hausse de son rendement prévisionnel comparé aux précédentes estimations de juin : + 6,4 %. Un rendement de 4,33 t/ha est attendu, ce qui représente une hausse de 7,8 % comparé à la moyenne quinquennale. Une telle augmentation résulte de « l'amélioration ou du maintien de conditions favorables dans presque tous les principaux pays producteurs » de l’Union européenne précise le bulletin.

Le rendement de l'orge d'hiver remonte également, mais dans une plus faible mesure : + 1,1 % par rapport au mois dernier, à 5,64 t/ha. Un chiffre qui continue de se maintenir sous la moyenne des cinq dernières années : - 1,9 %

Le blé dur a bénéficié également d’une révision à la hausse de son rendement prévisionnel, de 1,2%, à 3,35 t / ha.

Mauvaise nouvelle pour le blé tendre

Mais le blé d’hiver n’a pas eu cette chance, et accuse une baisse de rendement de - 1,1 % d’un mois sur l’autre, à 5,54 t/ha. Un chiffre en retrait de 3,9 % par rapport à la moyenne quinquennale.

« Cela s'explique principalement par les fortes révisions à la baisse des prévisions de rendement en Roumanie, Bulgarie et Hongrie, associées à une saison très défavorable à cause des fortes pluies autour de la maturation qui ont compensé les légères révisions à la hausse dans la plupart des autres pays », a précisé la Commission européenne.

« Pour la plupart des autres cultures d'hiver et d'été, le solde a été légèrement positif. Les prévisions de rendement pour le maïs grain et le tournesol restent bien au-dessus de la moyenne quinquennale, reflétant des perspectives positives soutenues dans tous les principaux pays producteurs. » Les prévisions pour le maïs remontent en effet de 0,1 % par rapport à juin, à 8,21 t/ha, soit + 8,3 % par rapport à la moyenne sur cinq ans. Pour le tournesol, la hausse se chiffre à 2,9 % d'un mois à l'autre, à 2,46 t/ha, soit 9,3 % au-dessus de la moyenne des cinq dernières années.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous