Euronext Le blé corrige, sous l'effet de nouvelles climatiques

AFP

Les prix du blé étaient en baisse, lundi à la mi-journée, sous l'effet notamment de bonnes nouvelles sur le front du climat aux États-Unis et en Russie et des craintes concernant l'évolution de la situation sanitaire en France.

« Les craintes sanitaires pèsent aujourd'hui. Le fait qu'on ait encore plus de 50 000 cas -52 010 cas supplémentaires de contamination par le coronavirus enregistrés en 24 heures en France, selon les chiffres officiels diffusés dimanche-, ça joue en même temps que la météo », a commenté Damien Vercambre, analyste au cabinet Inter-Courtage. Côté climat, la météo « est en train de tourner légèrement en Russie, avec un peu de pluie », alors qu'une partie du pays a connu une situation de déficit hydrique ces dernières semaines, a indiqué Damien Vercambre. Des pluies sont également attendues aux États-Unis, a-t-il indiqué, estimant qu'il y avait, parmi les facteurs de soutien ces dernières semaines, une « prime weather market (fluctuations de marché liées à la météo), une prime de temps sec qui est en train de partir ». Il a toutefois appelé à être prudent : « à chaque fois que ça baisse, c'est une opportunité d'achat et à la fin de la journée, Dieu sait où on sera », a-t-il conclu.

Du côté de la demande, l'Égypte, qui avait lancé un appel d'offres en fin de semaine dernière, n'a finalement acheté vendredi que 165 000 tonnes de blé, russe en l'occurrence, ce qui laisse augurer un nouvel appel d'offres prochainement.

Côté maïs, les cours sont proches de l'équilibre et restent fermes sur la scène internationale : « l'appétit chinois ne se dément pas en maïs avec des importations qui explosent comparées aux récentes années », a souligné le cabinet Agritel dans une note. « Alors que le quota d'importations chinois était fixé à 7 millions de tonnes en début de campagne, ce dernier pourrait s'afficher bien au-delà des 20 millions de tonnes au regard des contrats déjà entérinés », a souligné Agritel, qui a rappelé les décevantes récoltes ukrainienne et européenne.

Peu avant 12h45 (11h45 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre reculait de deux euros sur l'échéance de décembre à 207,75 euros et de deux euros également sur l'échéance de mars à 207,50 euros, pour un peu moins de 15 000 lots échangés. La tonne de maïs, elle, était inchangée sur l'échéance de novembre à 196,50 euros et en recul de 25 centimes sur l'échéance de janvier à 190,50 euros, pour environ 1 600 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous