Euronext Le blé poursuit sa progression, à la suite de Chicago

AFP

Les prix du blé continuaient à progresser jeudi à la mi-journée, dans le sillage de Chicago et de craintes liées au froid aux États-Unis et dans le bassin de production de la mer Noire.

À Chicago, les prix du blé ont atteint un niveau qu'ils n'avaient plus atteint depuis six ans, notamment en raison des craintes liées aux conséquences sur les cultures de la vague de froid qui a touché récemment le centre des États-Unis. Des basses températures sont encore attendues dans les jours à venir dans le centre de la Russie, contrairement à ce qui peut être observé en Europe de l'Ouest, avec des températures supérieures aux standards de la saison.

« Les cours du blé progressent encore sur Euronext essentiellement sur l'échéance mars qui va bientôt clôturer et qui pourrait inciter certains acteurs à prendre livraison dans un contexte de raréfaction des disponibilités sur le marché physique », a souligné le cabinet Agritel dans une note diffusée jeudi.

À l'inverse, parmi les nouvelles de nature à peser sur les cours, le gouvernement indien a confirmé des « productions record estimées cette année en blé, à 109,24 millions de tonnes (+1,3 % par rapport à l'année dernière), et en riz, à 120,32 Mt (+1,2 %) », a rapporté le cabinet Inter-Courtage dans une note également publiée jeudi.

Vers 13h00 (12h00 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre a progressé de 1,25 euro sur l'échéance de mars à 246,50 euros, et de 75 centimes sur l'échéance de mai à 233,50 euros, pour un peu moins de 15 000 lots échangés.

La tonne de maïs, elle, progressait de 1,50 euro sur le contrat de mars à 231 euros, et de 75 centimes sur le contrat de juin à 222 euros, pour près de 1 000 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous