Euronext Les céréales, en baisse, n'échappent pas aux inquiétudes liées à la crise sanitaire

AFP

Les céréales, blé comme maïs, étaient en net recul mercredi à la mi-journée, touchées comme l'ensemble des marchés par les inquiétudes liées aux mesures que doit annoncer l'exécutif dans la soirée, pour endiguer la progression de l'épidémie de coronavirus.

« À très court terme, il y a un effet d'entraînement de tous les autres marchés de matières premières », a commenté Paul Desert-Cazenave, analyste chez Logaviv. « Les perspectives de demande, par rapport à d'éventuelles mesures de restriction, ne sont pas très claires », a-t-il conclu. En attendant, Bruxelles a publié de nouveaux chiffres d'exportations au 25 octobre : les exportations de blé tendre voient leur progression ralentir sur deux semaines, par rapport aux deux semaines précédentes, à près de 950 000 tonnes (contre 1,37 million de tonnes les 2 semaines précédentes), pour un cumul de 6,44 Mt. « Dans le détail, la France reste en tête, à 1,81 Mt, devant les surprenantes Lituanie, à 1,15 Mt, et Lettonie à 1,03 Mt », a souligné le cabinet Inter-Courtage dans une note.

Vers 13h30 (12h30 GMT) sur Euronext, la tonne de blé tendre a reculé de 2,50 euros sur l'échéance de décembre à 203,25 euros, et de trois euros sur l'échéance de mars à 202,75 euros, pour un peu plus de 45 700 lots échangés. La tonne de maïs, elle, reculait de trois euros sur l'échéance de novembre à 194,50 euros, et de 3,25 euros sur l'échéance de janvier à 186,25 euros, pour un peu moins de 2 700 lots échangés.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous