L'info marché du jour Les politiques nationales s'adaptent à la hausse des prix

Terre-net Média

Plafonnements chez les exportateurs, suppression des droits de douanes ou subventions chez les importateurs : les niveaux de prix des céréales ont incité plusieurs gouvernements à intervenir pour contrer l'inflation sur leurs marchés intérieurs et éviter les pénuries.

monde, planisphère, journal, décisionFace aux prix élevés des matières premières agricoles, les gouvernements de plusieurs pays exportateurs et importateurs ont pris des mesures pour contrer l'inflation (©Pixabay)

À mi-parcours de la campagne de commercialisation 2021/22, le chef de l’unité Grains et sucre de FranceAgriMer, Marc Zribi, est revenu le 12 janvier sur le contexte mondial haussier des marchés : coûts élevés des matières premières agricoles à cause de l’étroitesse de l’offre et de la forte demande, hausse des prix des énergies, des intrants, du fret.

« Ceci s’est traduit par une poussée inflationniste dans la plupart des pays, souligne-t-il. L’indice des prix alimentaires compilés par la FAO, qui suit l’évolution des prix internationaux pour un panier de produits couramment échangés dont les céréales, a atteint 125,7 en 2021 », soit une hausse de 28 % par rapport à 2020.

Les politiques nationales se sont adaptées en conséquence. Le gouvernement russe a ainsi mis en place une taxe et un quota à l’exportation entre le 15 février et le 30 juin, qui a été confirmé à 8 millions de tonnes (Mt) pour le blé tendre. L’objectif : éviter une pénurie et contenir la hausse des prix sur le marché intérieur.

De la même façon, l’Argentine a plafonné ses exportations à 41,6 Mt pour le maïs et à 12,5 Mt pour le blé. En Ukraine, un protocole d’accord a été passé en octobre entre le gouvernement et les exportateurs pour limiter les exports de blé tendre à 25,3 Mt.

Du côté des importateurs, la Turquie a prolongé jusque fin 2022 la suppression des droits de douane sur les importations de céréales. Dans son projet de loi de finances 2022, le Maroc a réhaussé les fonds de subventions pour la consommation de blé tendre et de farine de blé tendre.

L’Égypte a approuvé la Lettonie comme fournisseur officiel de blé, « afin de diversifier ses sources ». Quant au Brésil, il a suspendu jusque fin 2021 les taxes fédérales prélevées sur les importations de maïs.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média