L'info marché du jour La plus grande surface de blé jamais enregistrée en Russie

Terre-net Média

La récolte de blé russe est au cœur des préoccupations ces dernières semaines, avec des estimations qui ne cessent d’évoluer. L'agence nationale des statistiques de la Russie (Rosstat) a créé la surprise lundi : les surfaces de blé tendre russe sont record cette année.

Champ de bléLa Russie devrait réaliser en 2020 sa seconde meilleure récolte. (©Terre-net Média)Les données russes officielles indiquent que 29,4 millions d'hectares de blé ont été emblavés en Russie pour la campagne de commercialisation 2020/21, ce qui représente une hausse de 5 % par rapport à 2019/20 et de près de 11 % comparé à la moyenne des 10 dernières année.

Il s’agit de la plus grande superficie de blé du pays depuis que Rosstat (agence nationale des statistiques de la Russie) a commencé à publier des données officielles en 1995, il y a donc 25 ans ! En additionnant les données des différents pays, il s’avère que c'est également la plus grande superficie emblavée depuis la fin de l'Union soviétique.

Andrey Sizov, directeur général de SovEcon, confirme la performance : « Pour la récolte 2020, les Russes ont planté une superficie record de blé, la plus importante depuis les années 70 ! Elle est nettement au-dessus de presque toutes les prévisions. L'estimation du ministère de l'agriculture russe était à 28,8 millions d'hectares récemment, et celle de l'USDA en est proche. Cela devrait être converti en au moins 2 millions de tonnes supplémentaires. »

16,8 millions d'hectares de blé d'hiver et 12,6 millions d'hectares de blé de printemps ont été semés dans le pays et sont désormais en train d’être récoltés. Le ministère de l'agriculture prévoit une récolte russe de 75 millions de tonnes de blé pour 2020/21, soit 2 % de plus que l’an dernier. La fourchette des estimations des analystes est large néanmoins : elle s’étend de 75 à 80 millions de tonnes. Mais compte tenu des surfaces qui viennent d'être revues à la hausse, de nouveaux ajustements risquent d'être réalisés. 

Moins d’orge, plus de maïs

Pour les autres grandes cultures céréalières du pays, les surfaces ont également évolué.

Les semis d'orge ont reculé de 3 % par rapport à la campagne précédente, à 8,5 millions d'hectares (730 000 ha d'orge d'hiver et 7,8 Mha d'orge de printemps), mais restent tout de même supérieurs de 3 % à la moyenne des 10 dernières années.

6 % d’hectares supplémentaires ont été plantés en maïs en 2020 comparé à 2019, soit 4,1 millions d'hectares. Un niveau qui reste inférieur de 2 % à la moyenne décennale.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous