; Les prix de l'urée, en décrue depuis début avril, pourraient se stabiliser

Engrais azotés Vers une stabilisation du marché de l’urée ?

Terre-net Média

Les cours de l'urée sont en décrue, après des niveaux très hauts atteints au mois de mars. Mais la reprise de la demande européenne et la faiblesse de la parité eurodollar pourraient tendre à nouveau le marché. Les suites du récent appel d'offres de l'Inde sont observées avec attention, et pourraient mener selon certains analystes à une stabilisation du marché mondial de l'urée.

L'Inde devrait importer 1,5 Mt d'urée d'ici au 5 juilletL'Inde a lancé un appel d'offres pour 1,5 Mt d'urée, à chargement d'ici au 5 juillet (©Adobe Stock)

Le 11 mai, le conseil spécialisé « Grandes cultures » de FranceAgriMer est revenu sur les prix des engrais azotés au mois d’avril.

Les prix de l’ammoniac, nécessaire à leur fabrication, ont augmenté tout au long du mois, en lien direct avec la hausse des coûts du gaz naturel, « poussés par les problèmes d’approvisionnement liés au conflit russo-ukrainien », rappelle Marc Zribi, chef de l’unité Grains et sucre de FranceAgriMer.

De fait, la Russie a cessé de fournir la Bulgarie et la Pologne en gaz, « tirant les prix jusqu’à la fin du mois ». 

Les cours de l’urée ont évolué de façon variable selon les origines : légèrement en baisse pour les États-Unis, en hausse dans d’autres régions. Marc Zribi pointe les incertitudes d’approvisionnement toujours d’actualité à cause de la guerre, et le bas niveau de la demande. Le surplus d’engrais à base d’urée en Inde a aussi fait pression sur les prix.

Quant aux prix des engrais potassiques et phosphatés, ils ont été stables en avril après une forte hausse, et « le phosphate d’ammonium est en baisse, mais encore à des niveaux élevés ».

Une baisse début mai, mais des éléments haussiers 

Avec une demande toujours en retrait, des surplus d’offre au Moyen-Orient et au Maghreb et la reprise de la production en Europe, les cours de l’urée et de l’ammonitrate étaient en baisse début mai, relève Marius Garrigue sur Terre-net.

Cours de l'urée depuis mai 2021Cours de l'urée depuis mai 2021 (©Terre-net média)Mais plusieurs éléments jouent en faveur d’un rebond des prix, selon l’expert : la demande semble reprendre en Europe et notamment en France. Et la parité eurodollar est très basse, « entraînant une hausse mécanique des coûts d’importation » et risquant de pousser les prix à la hausse.

Le tender indien en faveur d'une stabilisation... ou d'une baisse des prix

L’Inde est de son côté revenue aux achats, pour un volume indicatif de 1,5 Mt d’urée qui devront être expédiés avant le 5 juillet. Les marchés mondiaux étaient depuis plusieurs semaines suspendus à cet appel d’offre pour trouver une direction, aucun autre marché majeur n’achetant activement.

Le tender indien s’est clôturé le 11 mai, et « un peu moins de 3 Mt auraient été proposés, relève sur Twitter Josh Linville, spécialiste du marché des engrais pour le groupe StoneX. Les résultats seront importants pour donner le ton, alors que l’hémisphère nord entre dans l’été ». 

Les prix les plus bas atteignent 716,50 $/t C&F (coût et fret) sur la côte ouest  de l'Inde et 721,30 $/t sur la côté est.

Des prix « supérieurs aux attentes, mais qui restent en forte baisse par rapport aux niveaux observés il y a un mois », note Deepika Thapliyal, journaliste et analyste chez ICIS. Pour elle, le marché pourrait néanmoins se stabiliser après l’achat indien, « mais certains (analystes, NLDR) n’en sont pas certains, vu la faible demande ailleurs dans le monde », qui pourrait conduire à une poursuite de la baisse des prix.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur Les marchés agricoles de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média