[Témoignage] Mon projet, mon avenir Foncier, financement, débouchés : le houblon fait gravir des montagnes !

Terre-net Média

Ils se sont accrochés à leur projet de production de houblon comme cette plante grimpante au fil autour duquel elle s'enroule ! Car pour monter une telle activité dans un département où c'est une première, il faut en gravir des étapes avant d'atteindre le sommet de la montagne, c'est-à-dire la vente des premières fleurs aux brasseurs pour qu'elles donnent à leurs bières toute une palette de saveurs.

le houblon est une plante grimpante et ses fleurs donne aux bieres leur arome À gauche, la plante de houblon, grimpant autour du fil de coco. À droite, les fleurs, l'un des quatre ingrédients de la bière qui lui donne son arôme, son amertume et améliore sa conservation. (©Houblon du moulin) 

Tout a démarré en octobre 2017 dans un petit coin de l'Ain. Trois "potes", la trentaine passée, sont réunis autour d'un apéro :

- « Hé les gars, je bosse en direct avec des brasseries et toutes me disent qu'elles ont des difficultés à se fournir en houblon pour faire leurs bières. Ça vous dirait qu'on monte un projet de culture dans le département pour tenter d'aider les brasseurs artisanaux ? », propose l'un d'eux, qui tient un bar à bière.

- « Bon les copains, ça va être chaud parce qu'il n'existe pas grand chose hors de l'Alsace et du Nord : pas de filière bio, quasiment pas de formation, pas de fournisseurs français de matériel spécifique, ni de pépiniéristes et pour la doc que j'ai pu trouver, ce n'est pas fou non plus... », tempère un autre.

- « Les mecs, on n'a jamais cultivé de houblon et ça fait flipper. Mais allez, on y va quand même ? :-) », lance le troisième.

Trouver des terres et des financements

corps de ferme houblon du moulinDu houblon sauvage poussait le long de la vieille longère, « un signe du destin » ? (©Houblon du moulin) 

Aussitôt dit, aussitôt fait. D'abord, il faut chercher des terres, « le point le plus difficile du parcours », selon les trois hommes. Beaucoup de visites pour peu de résultats jusqu'à ce qu'ils tombent sur une « petite pépite » dans la Bresse : d'anciennes pâtures avec une longère à l'abandon, autour de laquelle pousse du houblon sauvage. « Un signe du destin », pensent-ils alors. Juste à côté, se trouve un moulin. Le nom de l'exploitation est tout trouvé : elle s'appellera "Houblon du moulin". Adjugé vendu pour cette dénomination, les prairies et les bâtiments, six mois après avoir « déconné lors d'une soirée » et en avant pour la deuxième étape, compliquée elle aussi : la recherche de financements. « Comment convaincre les banquiers de nous prêter de l'argent pour une culture presque inconnue en France et surtout dans la région ? », se demandent avec inquiétude les trois amis. 

Suivez les différentes étapes du projet sur la page Facebook du houblon du moulin :

...

Installer une culture de houblon, un travail de titan

Un long démarchage commence auprès des brasseries, pour solliciter leur soutien, des banques et de toute personne susceptible d'aider financièrement le projet. Certaines, heureusement, font confiance aux trois copains et l'aménagement de la houblonnière peut débuter. Pas moins de 292 poteaux, 150 ancres et 34 kilomètres de câbles horizontaux, sur lesquels on accroche verticalement et à intervalle régulier des ficelles de coco, doivent être installées pour cultiver 10 200 plants à 6,20 m de haut sur 3,5 ha !

Un travail de titan comme le montre la vidéo ci-dessous, publiée sur Vimeo :

post facebook 1 houblon du moulin

post facebook 2 houblon du moulin (©Page Facebook de Houblon du moulin) 

Rajeunir l'image de la bière

Pourquoi un chantier aussi important ? Parce que le houblon, Humulus lupulus en latin, est une plante grimpante, il faut donc qu'elle ait à sa disposition des structures solides autour desquelles s'enrouler. Car c'est aussi une espèce vivace qui vit plusieurs années. Tous les ans néanmoins, entre mi-août et mi-septembre selon la précocité des variétés, il faut couper les fils de coco, mécaniquement à l'aide d'un bras arracheur attelé au tracteur (ce qui prend trois à quatre jours par variété). Ces derniers tombent directement dans une benne et passent ensuite dans une trieuse où un grand peigne permet d'isoler les fleurs femelles. L'un des quatre ingrédients, obligatoire dans la loi française pour obtenir l'appellation "bière", qui permet de « l'aromatiser, l'amériser et la conserver », expliquent les trois producteurs.

Ces fleurs sont séchées pendant six heures (80 % de leur humidité est éliminée) puis stockées en chambre froide. Pour une meilleure conservation et une utilisation plus facile dans les brasseries, une machine les transforme en pelotes, c'est-à-dire en granulés, qui peuvent être versés tel quel dans les cuves. Cette transformation dure presque tout l'automne et la production est commercialisée au fur et à mesure. Neuf variétés de houblon sont cultivées sur la ferme afin d'obtenir un large éventail de saveurs différentes, fruitées notamment, nécessaires pour rajeunir l'image de la bière et redynamiser la filière brassicole française. 

« Le crowdfunding, de la pub qui rapporte de l'argent  »

Mi-avril 2019, soit un an après l'acquisition des terres, toutes les installations sont en place et le houblon est implanté. Il n'y a plus qu'à le laisser pousser jusqu'en juin où les plantes, arrivées au niveau du dernier câble horizontal, vont basculer de l'autre côté des "murs", ce qui déclenche la floraison, la culture continuant parallèlement à se développer. Reste à trouver des débouchés pour la production qui devrait atteindre 500 kg/ha la première année, avec un objectif d'une tonne par la suite. Les trois producteurs ont en effet préféré « travailler un an dans l'ombre » et attendre, avant d'en parler, la mise en œuvre concrète de leur projet. Or, promouvoir une nouvelle activité demande autant d'énergie que de se mettre en quête de soutiens financiers, ou encore enfoncer solidement près de 300 pieux et tendre 35 km de fils. Les agriculteurs prospectent alors auprès de brasseurs artisanaux et amateurs.

Et pour se faire plus facilement connaître, ils se tournent vers le financement participatif via la plateforme Miimosa, parce qu'il dépasse la sphère professionnelle et touche le grand public. « De la pub qui, au lieu de te coûter de l'argent, t'en rapporte. Les campagnes de crowdfunding sont magiques pour cela. » Leur idée : organiser, avec l'argent collecté, une « grande fête inaugurale avec la famille, les copains/copines, les copains/copines des copains/copines, les voisins/voisines, les brasseurs/brasseuses, les houblonniers/houblonnières déjà installé(e)s ou voulant se lancer et tous ceux qui ont envie de découvrir le houblon du moulin et de rencontrer ses producteurs ».

Retrouvez un article sur le financement participatif : 
Installation en agriculture − Et si vous optiez pour le crowdfunding ?

fete d inauguration les 29 et 30 juin 2019 au houblon du moulin Brasseurs/brasseuses, houblonniers/houblonnières installé(e)s ou qui hésitent à se lancer, ou tout simplement particuliers ont pu découvrir la culture du houblon et rencontrer les tous nouveaux producteurs du Houblon du moulin, les 28-29 juin 2019 à Montcet dans l'Ain. (©Houblon du moulin)Celle-ci a eu lieu le week-end dernier, soit les 28-29 juin, à Montcet (Ain). Au programme : des visites explicatives de la culture en petits groupes, des dégustations de bières régionales accompagnées de plein « de bonnes choses à manger », des animations et jeux de société, de la musique, de la danse, etc. « La meilleure façon de communiquer sur notre produit, c'est de partager un moment de convivialité », concluent les trois agriculteurs. Leur but à terme : développer une filière de houblon bio en Auvergne-Rhône-Alpes, forte d'un nombre suffisant d'houblonniers(ères), pour contribuer au dynamisme socio-économique local tout en préservant le foncier agricole.

Chaque mois, retrouvez « Mon projet mon avenir » #MPMA, un témoignage réalisé en partenariat avec MiiMOSA , le premier site de financement participatif exclusivement dédié à l’agriculture et à l’alimentation.

Logo Miimosa

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous