; L'AGPM alerte sur les difficultés d'appros en gaz pour le séchage du maïs

Maïs grain 2021 Le séchage des récoltes perturbé par la flambée des prix du gaz

Terre-net Média

Déjà pénalisés par l'explosion des coûts, l'association générale des producteurs de maïs (AGPM) alerte sur les difficultés d'approvisionnement en gaz pour le séchage des récoltes de maïs grain.

« Alors que la récolte de maïs bat son plein et que les prix du gaz explosent, certains fournisseurs alertent d'une possible rupture de livraison, demandant même aux agriculteurs "à prendre les dispositions nécessaires pour anticiper au mieux une rupture éventuelle d'approvisionnement, en limitant autant que faire se peut votre consommation de gaz et en reportant si possible le ramassage de votre maïs », explique l'Association générale des producteurs de maïs (AGPM) dans un communiqué. 

La moisson ne peut pas attendre

« De là à accuser les agriculteurs de la situation, il n'y a qu'un pas franchi sans complexe par le leader du propane en France : "L'afflux de commandes dû aux récentes hausses des prix du gaz, couplé au démarrage de la campagne maïs... perturbent la chaîne logistique de l'ensemble du secteur...". » Or « récolter trop tard, c'est détériorer la qualité du grain avec des pertes de revenus inacceptables pour les maïsiculteurs déjà fortement pénalisés par l'explosion du coût du séchage ». 

Et cela concerne tous les acteurs qui dépendent des approvisionnements en maïs : « les éleveurs, les transformateurs pour l'alimentation animale, l'alimentation humaine et les autres usages de grain de maïs ». Daniel Peyraube, président de l'AGPM, appelle alors à « la solidarité et aux efforts de tous les acteurs dont fait partie le secteur de l'approvisionnement en gaz. Tous doivent prendre leurs responsabilités, regarder les difficultés en face, alerter, négocier, prendre les mesures d'urgence qui s'imposent au niveau national ou européen, au lieu de reporter le problème localement  à des agriculteurs culpabilisés et laissés sans solutions pour sécher leurs récoltes ».

Sur Twitter, Marianne Dubois, député du Loiret, partage également la lettre envoyée à Julien Denormandie le 26 octobre dernier. L'élue interpelle le ministre de l'agriculture : « de quels moyens disposez-vous pour sécuriser ces approvisionnements ? ». 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média