L'actu de Terres Inovia Les atouts du lin oléagineux

Terre-net Média

Selon Terres Inovia, les atouts agronomiques, environnementaux et économiques du lin oléagineux, conjugués aux propriétés originales de son huile, en font une culture de diversification que l’on peut introduire en type "hiver" ou "printemps" dans une large gamme d’assolements.

Lin oléagineuxLe lin oléagineux constitue un précédent de qualité aux céréales à paille. (©Agathe Penant/Terres Inovia)

Le lin oléagineux est peu sensible aux ravageurs de type limaces, pucerons et peu appétant pour les lapins. Il facilite le désherbage des céréales à paille ou du colza, notamment pour les parcelles où sont présents des crucifères et du géranium, en créant une rupture dans les rotations.

Le lin oléagineux d’hiver est adapté aux implantations sans labour. Il réduit les risques d’érosion en couvrant le sol dès l’automne. Les semis du lin d’hiver, implantés entre le colza et les céréales à paille, s’insèrent aisément dans le calendrier de travail. Ceux de lin de printemps précèdent les semis de cultures d’été (tournesol, maïs, soja, ...). Le lin oléagineux est par ailleurs un précédent de qualité aux céréales à paille.

Autre atout : le lin oléagineux est une espèce dite « faux-hôte » de l’orobanche rameuse (plante parasite du colza, du chanvre et du tabac), présent dans les régions Poitou Charentes, Champagne Ardennes, Vendée ainsi que localement dans le Tarn (Cordais) notamment. La plante « faux hôte » induit la germination des orobanches mais ne permet pas ensuite au parasite de se fixer ou de se développer. Le lin s’adapte donc parfaitement aux parcelles déjà contaminées et offre une alternative dans leur rotation.

Et du côté du porte-monnaie ?

Les rendements en lin d’hiver peuvent atteindre régulièrement 20 à 25 q/ha, lorsqu’il est implanté en terre profonde. Cependant les terres à faible potentiel peuvent également être valorisées en réalisant 15 à 18 q/ha tout en maîtrisant les charges opérationnelles. En lin de printemps, on peut atteindre régulièrement 20 q/ha en terres profondes. Les rendements ont toutefois tendance à être plus aléatoires (variabilité interannuelle selon les conditions climatiques).

Les charges opérationnelles, très proches entre lin d’hiver et de printemps, sont le plus souvent comprises entre 300 et 400 €/ha.

Charges opérationnelles indicatives en lin d'hiver et en lin de printempsCharges opérationnelles indicatives en lin d'hiver et en lin de printemps. (©Terres Inovia)

Une marge brute supérieure ou égale à 500 €/ha est obtenue à partir de 17 q/ha pour un prix de vente des graines de lin de 500 €/t et de 21 q/ha pour un prix de vente de 400 €/t :

Atouts économiques du lin oléagineuxAtouts économiques du lin oléagineux (©Terres Inovia)

Autre avantage mis en avant par Terres Inovia : le lin oléagineux étant un excellent précédent, la structure laissée par la culture est très bonne. Et la culture suivante peut être implantée avec un travail simplifié, voire sans travail du sol préalable. Un précédent de lin permet donc une économie de charges de mécanisation. La culture est le plus souvent produite dans le cadre de contrats de gré à gré entre agriculteur et organisme de collecte. Cela permet notamment de sécuriser le prix de vente. C'est un atout pour sécuriser les marges.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous