L'actu de Terres Inovia Lin oléagineux d'hiver : une alternative en cas d'échec de semis de colza ?

Terre-net Média

En cas d'échec de semis de colza, Terres Inovia voit le lin oléagineux d'hiver comme une possible culture alternative. Attention toutefois en cas de pression graminées élevée et en cas de sec prolongé. Retrouvez toutes les recommandations de l'institut technique pour une implantation optimale.

Lin oléagineux d'hiverTerres Inovia recommande de soigner l'implantation du lin oléagineux d'hiver afin d'atteindre 5-10 cm max en entrée d'hiver. (©Agathe Penant/Terres Inovia)

À l’implantation du lin d’hiver, l’objectif est d’avoir un lin entre 5 et 10 cm maxi avant les premiers froids. La qualité du lit de semence est à soigner tout particulièrement : une bonne structure en profondeur, un semis sur une structure superficielle fine, aplanie et rappuyée seront primordiales pour assurer une levée rapide et homogène du lin.

Dans les secteurs en échec de semis de colza, le lin oléagineux peut être regardé comme une alternative. C’est une culture contractualisée dont les prix sont soutenus en ce moment par la filière. Mais attention, en cas de pression graminées élevée et en cas de sec prolongé, le lin peut ne pas être la culture idéale.

Choix de la parcelle et gestion du désherbage

Privilégier des terres qui se réchauffent vite au printemps. Privilégier des parcelles propres, car le lin est une culture peu couvrante et sensible à la concurrence des adventices. Les possibilités de stratégies de désherbage se sont réduites depuis la campagne précédente avec le retrait du Speleo.

En cas de problématique de forte infestation graminées ou graminées résistantes, le lin oléagineux d’hiver est déconseillé et d’autant plus si les conditions restent sèches (l’efficacité d’Avadex, seul anti-graminée à action racinaire sur lin, n’est pas garantie dans ces situations). Les anti-graminées foliaires sensibilisent le lin au gel. Par ailleurs, il n'existe à ce jour aucun anti-graminées racinaire de post-levée homologué et sélectif. Des précautions sont à prendre dans les secteurs Centre-Val de Loire.

Date de semis : ne pas trop anticiper

Les dates de semis optimales pour le lin d’hiver sont entre mi-septembre à mi-octobre dans le Centre-Ouest de la France. Ne semez pas trop tôt surtout dans les secteurs où les résidus azotés peuvent être importants et la pousse automnale peut être forte.

Dates de semis conseilléesLes dates de semis conseillées. (©Terres Inovia)

L’objectif est d’avoir une plante entre 5 et 10 cm maximum à l’entrée de l’hiver. Dans les secteurs à risque, très poussants à l’automne et faible risque gel : la nouvelle réglementation Toprex (désormais interdit à l’automne) et l’absence d’alternative efficace nous imposent de respecter rigoureusement des règles agronomiques :

  • Respecter les dates de semis optimales : 25/09 au 10/10 (voir carte),
  • Éviter les précédents à fort reliquat azoté,
  • Éviter la fertilisation organique d’automne,
  • Maîtriser les densités de semis (350-400 graines/m², en prenant en compte le PMG pour convertir en kg/ha).
>>> Plus d'infos sur la réglementation Toprex

Jusqu’à quand semer ?

  • Jusqu’à fin septembre dans les secteurs sensibles au froid à condition que les pluies soient revenues pour assurer une levée dynamique du lin.
  • Jusqu’au 10-15 octobre dans les secteurs peu sensibles au gel. Les levées tardives mettent en danger la bonne tenue du lin aux conditions hivernales.

Un lit de semence fin, bien aplani et rappuyé

Le lin ne tolère pas les lits de semences motteux ou soufflés. Le lit de semence doit être finement préparé, rappuyé et parfaitement aplani afin de positionner au mieux la graine à 1-2 cm de profondeur. Éviter au maximum les amas de débris végétaux très néfastes à une levée homogène.

La culture du lin est adaptée aux implantations sans labour, à condition que le sol soit bien structuré en profondeur, toujours bien rappuyé et aplani en surface, en évitant les débris végétaux mal répartis.

Maîtriser la densité de semis

Semer 350 à 400 graines/m² au semoir à céréales pour obtenir 250 à 300 plantes/m² avec 2 à 3 tiges par plantes en sortie d’hiver. Le taux de germination des semences certifiées est au minimum de 85 %. Les graines de lin sont fluides : contrôler la densité du semis car le poids de mille graines peut varier de 5 à 8 g selon les variétés (pour un PMG de 7 g, semez environ 28 kg/ha).

Fertilisation : pas d'azote à l’automne

Il n’est pas nécessaire d’apporter de l’azote à l’automne sur le lin. La culture pourrait être davantage sensibilisée au froid si elle devient trop poussante à l’entrée de l’hiver. Les apports d’azote seront à raisonner à la sortie de l’hiver. En revanche, vous pouvez apporter 30 à 60 unités/ ha de phosphore (en sol bien pourvu en cas de pailles restituées ou exportées) et 30 à 90 unités/ha de potasse (en sol bien pourvu en cas de pailles restituées ou exportées) pour un objectif de rendement de 25 q/ha. À raisonner selon votre analyse de sol.

Ravageurs et maladies à l’automne

Les altises du lin (différentes de celles du colza) sont très peu fréquentes à l’automne dans nos secteurs. La vigilance reste de mise en cas de conditions exceptionnellement douces à l’automne. La septoriose est une maladie qui se gère dès l’automne pour les secteurs à risque moyen à fort. Ainsi, une application d’un fongicide dès le stade 2-3 cm du lin est nécessaire. La septoriose peut être préjudiciable à la production de graines si la maladie s’exprime tôt.

 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous