L'actu de Terres Inovia Pensez au soja pour les semis de printemps

Terre-net Média

Les conditions climatiques de février et de mars ont fortement ralenti l'avancement des semis de printemps. Par exemple, Terres Inovia estime à entre 15 et 25 % le taux de surfaces de pois de printemps non semées en Bourgogne. La culture de soja est une alternative possible en remplacement des cultures non emblavées.

SojaLe soja peut être une alternative en remplacement des cultures non emblavées. (©Terre-net Média)

Les conditions climatiques et notamment les précipitations de février et mars ont fortement perturbé les chantiers de semis des pois et féveroles de printemps. Les écarts de précipitations par rapport à la normale indiquent un excédent de 10 à plus de 100 mm selon les secteurs dans le nord-est de la France.

En Bourgogne par exemple, les premières estimations indiquent un taux de 15 à 25 % de surface en pois de printemps non semés. Dans ces conditions, le soja peut être une alternative intéressante en remplacement des cultures non emblavées.   

Semer sur un sol suffisamment réchauffé

La période de semis optimale dépend de plusieurs critères :

  • La température du sol : Les semis peuvent débuter dès que le sol est suffisamment réchauffé, environ 10°C. Des expérimentations en conditions contrôlées ont montré l’importance du respect du réchauffement du sol.

Effet température du sol sur la qualité de la levée

  • Le groupe de précocité de la variété  

Le respect de ces conditions assure un démarrage rapide de la culture, ce qui la rend moins vulnérable aux ravageurs souterrains (mouche des semis et limaces) et aux fontes de semis.

Soigner le semis

Semis de sojaSemis de soja (©Terres Inovia) Il est conseillé d’adapter la profondeur de semis au type de sol :

  • 2 cm dans les terres froides ou battantes. Cette profondeur est également recommandée en semis précoce pour assurer un réchauffement rapide du lit de semences.
  • 3 à 4 cm en terre chaude, sèche ou motteuse.

Le semis peut être plus profond (4 à 5 cm) si un passage de herse étrille est prévu. Pour garantir une bonne régularité de semis, il est conseillé de semer à une vitesse de 6 km/h maximum, quel que soit le type de semoir.

Écartement selon la précocité

Choisir un écartement entre les lignes de : 18 à 30 cm pour les groupes 000 ; et 18 à 50 cm pour les groupes 00. Les grands écartements permettent une meilleure aération du couvert, ce qui limite le développement de certaines maladies (sclérotinia). Ces écartements permettent également de pouvoir biner en végétation pour contrôler les adventices.

Les semis à petits écartements réalisés notamment avec un semoir à céréales permettent une meilleure couverture du sol et donc une meilleure concurrence vis-à-vis des adventices. Le roulage après semis permet de niveler le sol et de faciliter la récolte des gousses basses. Cette opération est déconseillée en sol battant.

Adapter la densité de semis

La densité de semis dépend de plusieurs critères :

  • Le groupe de précocité : plus la variété est précoce, plus la densité de semis doit être élevée.
  • Les pertes à la levée dues aux conditions de semis (vitesse trop élevée, sol insuffisamment réchauffé) ou à des défauts de faculté germinative (en semences certifiées, le taux minimal de germination est de 80 % ; en semences de ferme, réalisez un test de germination).
  • La ressource en eau : l’irrigation sécurise la culture ce qui autorise une densité de semis plus faible.

Densité de semis conseillé en fonction du groupe de précocité, du mode de culture et de l'objectif de peuplementDensité de semis conseillé en fonction du groupe de précocité, du mode de culture et de l'objectif de peuplement (©Terres Inovia)

Inoculation des semences

L’inoculation du soja permet à la culture de couvrir 75 % de ses besoins en azote grâce à la symbiose, soit environ 300 kg/ha. Ces bactéries sont naturellement absentes dans les sols européens, il faut donc les apporter sous forme d’inoculum.
L’inoculation est une étape importante qui requière des conditions spécifiques. Une mauvaise inoculation pénalisera le développement de la plante.
Dans une série de cinq essais conduits en premier soja en 2016 et 2017, l’absence d’inoculation a engendré des pertes de 40 % (soit - 13 q/ha) par rapport aux plantes inoculées.

Inoculation des semencesInoculation des semences. (©Terres Inovia)


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous