Résidus de phytos dans les cheveux D'où viennent-ils vraiment ?

Terre-net Média

Le grand public utilise plus de pesticides qu’il ne semble le croire. Alors que les agriculteurs sont une nouvelle fois montrés du doigt, une étude montre que les colliers anti-puce, insecticides, produits de traitement du bois et autres produits domestiques ont une forte part de responsabilité. C’est ce qu’explique sur Twitter @Agritof80, agriculteur dans la Somme. Il décrypte l'étude point par point : « Non, l'agriculture n'est pas responsable de tous les maux... »

Parmi les produits phytosanitaires les plus représentés dans les cheveux analysés, une grande part est utilisée par le grand public dans la vie quotidienne Parmi les produits phytosanitaires les plus représentés dans les cheveux analysés, une grande part est utilisée par le grand public dans la vie quotidienne (©Fotolia - Création Terre-net Média)   U ne fois encore, les agriculteurs se voient incriminés par les médias. À la demande de députés européens écologistes, les cheveux de 148 citoyens européens ont été analysés. Cette étude révèle « dans 60 % des cas, la présence de traces de produits phytosanitaires, pourtant interdits en agriculture », comme le publie Le Parisien mardi 6 novembre 2018.

Face aux conclusions quelque peu hâtives visant uniquement l'agriculture, les agriculteurs réagissent sur les réseaux sociaux. @Agritof80, agriculteur dans la Somme, a diffusé sur Twitter une série de messages (« thread ») pour dénoncer ce traitement des informations. Ainsi, selon l'étude, 60 % des molécules observées dans les cheveux sont des insecticides, 30 % des fongicides et 10 % des herbicides. Une répartition que l'agriculteur compare à celle des produits phytosanitaires utilisés dans l' agriculture française et qui s'avère bien différente. En effet, les producteurs ont plus recours aux herbicides (46 %) et fongicides (41 %) qu'aux insecticides (4 %), selon les chiffres 2015 du ministère de l'agriculture. Ce qui montre que les produits phytosanitaires ne sont tout simplement pas utilisés qu'en agriculture.

Et après tout, est-ce que toutes ces molécules sont utilisés uniquement en agriculture ? La réponse est claire : non, non et non.

Parmi les phytosanitaires les plus représentés selon l'étude : le fipronil arrive en tête. Cet insecticide appartient à la famille des néonicotinoïdes, désormais interdits en agriculture depuis le 1 er septembre 2018, mais est toujours « utilisé dans les colliers anti-puces de nos chiens et chats », rappelle @Agritof80. Deuxième produit en quantité importante : la perméthrine , autre insecticide non destiné à un usage agricole et composant des solutions insecticides pour la lutte contre les mouches ou les moustiques dans les habitations par exemple. 

Autre phytosanitaire retrouvé : le propiconazole, « N°2 ex-aequo ». Un fongicide peu employé en agriculture ( « 0,3 % du tonnages des produits phytosanitaires en 2015 ») mais servant également au traitement du bois. Le chlorpyrifos-éthyl correspond au 4e produit présent dans les cheveux des citoyens analysés. Cet insecticide est appliqué pour des usages agricoles, mais de manière « limitée (0,2 % du tonnage 2015) ». Il sert aussi au traitement du bois : pour les meubles et parquets notamment.

« Oui, l’agriculture a une part de responsabilité. Mais, non, elle n’est pas la seule responsable de tous les maux … », précise l’agriculteur.

 

Sur Twitter, Mac Lesggy, ingénieur agronome, animateur et producteur de l'émission de télévision « e = m6 », en appelle à la rigueur scientifique.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous