L'actu de Terres Inovia Une campagne plutôt favorable à ce jour pour les protéagineux

Terre-net Média

Dans l'ensemble, les protéagineux d'hiver et de printemps ont bénéficié d'une campagne favorable à leur développement. Le potentiel s'annonce prometteur pour les récoltes à venir.

Pois Un potentiel prometteur pour les protéagineux cette année, selon Agathe Penant, ingénieur développement Terres Inovia. (©Terres Inovia)

Les semis de pois d’hiver ont bénéficié de bonnes conditions d’implantation. Dans le nord et l'est de la France, le pois d’hiver a fini sa floraison et les parcelles sont saines avec des maladies qui restent discrètes. Les cas de bactériose sortie hiver se sont globalement bien « retapés », même si le potentiel des situations les plus touchées est entamé. Quelques pucerons ont pu être observés localement et les cécidomyies restent discrètes. Cependant, le vol de tordeuses est important cette année. Les températures douces et les alternances de pluies actuelles sont propices au bon remplissage du pois d’hiver. La fin de campagne semble être optimale.

Du côté du Centre et de l'Ouest, les pois d'hiver atteignent progressivement la maturité physiologique. On observe 4 à 8 étages de gousses : les premières gousses sont bien remplies, les dernières terminent leur remplissage. Les féveroles d'hiver ont également bénéficié d'une campagne très favorable. Attention toutefois au développement possible de la rouille en fin de cycle.

Des parcelles de pois et féveroles de printemps très saines

Dans les régions Nord et Est, les semis des pois et féveroles de printemps ont bénéficié de bonnes conditions également. Ils se sont déroulés principalement fin février. Quelques semis tardifs ont été réalisés jusqu’à fin mars. Les pois et féveroles ont fini de fleurir suite aux quelques jours chauds. Les parcelles sont très saines. Les gelées printanières ont été favorables localement au développement de la bactériose sur pois de printemps. Quelques parcelles très touchées ont été retournées. Ailleurs, la maladie a finalement peu évolué. Le potentiel risque d'être affecté lorsque la maladie est détectée. Côté ravageurs, le vol de tordeuses est important et les pucerons (verts et noirs) sont bien présents. La bruche de la féverole est également au rendez-vous. La bruche du pois a été signalée récemment en Lorraine.

Constats assez similaires dans le centre et l'ouest de la France. Les pois sont entre le stade limite d'avortement pour le nord de la zone (la première gousse atteint 8 mm d'épaisseur) et la maturité pour le Poitou-Charentes.  Toujours bien présents, tordeuses et pucerons doivent être surveillés jusqu'à la fin du stade limite avortement. Les maladies restent discrètes, même si on trouve un peu plus d'ascochytose, de botrytis et de mildiou. À surveiller en cas d'averses ou d'orage. 

Tout va bien également pour les lupins, lentilles et pois chiches

La situation est globalement saine pour les lupins d'hiver et de printemps, mais aussi pour les lentilles. Pour ces dernières, l'institut technique met toutefois en garde, les conditions climatiques actuelles étant propices au développement des maladies. Le risque bruche, pucerons et tordeuse est également fort.

En ce qui concerne les pois chiches, l'ascochytose est toujours bien présente dans le centre et l'ouest de la France. La maladie apparaît sous forme de foyer, et colonise progressivement les plantes voisines. Une protection reste indispensable pour protéger les plantes saines et le potentiel de rendement.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous