; Annonce des 22 lauréats du programme French Tech Agri20 le 13 juillet 2022

Agriculture et numérique 22 lauréats pour la première édition de French Tech Agri20

Terre-net Média

Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de la transition numérique et des télécommunications, a annoncé, ce mercredi 13 juillet 2022, la liste des 22 lauréats de la première édition du programme French Agri Tech20. Ce dernier est dédié aux start-up qui développent des innovations de rupture dans l'AgriTech et la FoodTech partout en France et contribuent à la transition agricole et alimentaire.

Lauréats de la première édition de la French Tech Agri20Pour cette première édition, le programme French Tech Agri20 compte 22 lauréats. (©La French Tech)

« Le programme French Tech Agri20 a pour objectif de faire émerger des champions technologiques proposant des innovations de rupture répondant aux principaux défis alimentaires et agricoles », rappelle la French Tech. Ce mercredi 13 juillet, ont été dévoilés les 22 lauréats de cette première édition.

Retrouvez la liste ci-dessous

Agreenculture (Occitanie) « conçoit, développe et produit des solutions autonomes pour le monde agricole ». 
- Asclepios Tech (Occitanie) est « spécialisé dans les produits technologiques de photobiologie innovants et respectueux de l’environnement, au service de la production végétale, de la conservation, de l'amélioration des qualités nutritives et de la sécurité alimentaire pour l’agriculture, l’horticulture, l'agroalimentaire et l'industrie nutrition/santé.
- Green Spot Technologies (Occitanie) offre « la première gamme d'ingrédients fermentés réalisés à partir de coproduits d'origine végétale, et dont le procédé ne génère que de la vapeur d'eau et ne nécessite aucun intrant additionnel ». 

MicropepTechnologies (Occitanie) se concentre dans « le développement de solutions favorisant le développement et la résistance des plantes à partir de "micro-peptides" ». 

Naïo Technologies (Occitanie) est spécialisé dans la robotique agricole. 

- Javelot (Hauts-de-France) se présente comme une « plateforme numérique de pilotage de l'après-récolte pour les agriculteurs et les organismes stockeurs ».

Jungle (Hauts-de-France) veut déployer le concept de fermes verticales en Europe (production d'herbes aromatiques, salades, micro-pousses et fleurs grâce à l'hydroponie). 

- Sencrop (Hauts-de-France) propose des solutions connectées d'agro-météo pour « suivre les conditions météo, anticiper les risques de maladies et de ravageurs sur les cultures ou bien gérer l'irrigation ». 

- Agriloops (Bretagne) a développé «  le premier système d’aquaponie en eau salée ». 

- Gaïago (Bretagne) propose différentes solutions à base d’éléments naturels pour répondre à l'enjeu de la revitalisation des sols. 

- LISAqua (Pays de la Loire) lance « la première ferme aquacole terrestre pour élever des gambas triple zéro : zéro antibiotique, zéro km parcouru, zéro rejet polluant ».

- GreenImpulse (Pays de la Loire) est spécialisé dans « les solutions de biocontrôle pour réduire le recours aux intrants en agriculture »

- Algama (Île-de-France) développe des produits vegan à partir de micro-algues.

- CirculEgg (Île-de-France) « valorise les coquilles d'œufs issues de l’agro-industrie en les transformant en nouvelles matières premières à forte valeur ajoutée pour l'industrie du PetFood, la nutraceutique et la cosmétique ».

- Dry4Good (Île-de-France) propose « aux professionnels de l'alimentation, industriels et indépendant des aliments déshydratés grâce à une technologie innovante afin de conserver au maximum leurs valeurs nutritionnelles et qualités organoleptiques ».

- Neo Farm (Île-de-France) « conçoit et supervise pour ses partenaires des fermes en maraîchage bio technologiques ».

- Kapsera (Île-de-France) met en avant « un procédé d'encapsulation spécifique, permettant de stabiliser les intrants naturels (biocontrôle, biofertilisants...) et d'améliorer leurs performances ». 

- Elicit Plant (Nouvelle-Aquitaine). Son domaine : « la résistance au stress hydrique des cultures avec ses solutions à base de phytostérols végétaux ».

- Axioma Bio (Nouvelle-Aquitaine) gère « la conception et la fabrication de biosolutions pour l'agriculture, l'élevage et les espaces verts ».

- Toopi Organics (Nouvelle-Aquitaine) travaille à « la valorisation de l'urine humaine en biosolution afin de réduire le recours aux engrais minéraux ».

- Touti Terre (Auvergne-Rhône-Alpes) souhaite «  alléger le travail des maraîchers avec des solutions de cobotique (robotique collaborative) ». 

Mycophyto (Provence-Alpes-Côte d'Azur) étudie « les solutions alternatives aux produits phytosanitaires en optimisant la synergie plantes/microorganismes ».

Toutes ces start-up vont pouvoir « bénéficier de la mission French Tech, qui travaillera de façon rapprochée avec les équipes du ministère de l’agriculture et de l’alimentation. Elles auront notamment accès à :

- Un start-up manager de la Mission French Tech, chargé d’identifier leurs besoins et de proposer les opportunités d’accompagnement ;
- Une visibilité renforcée grâce à des opérations d’influence et de communication, en France et à l’international ;
- L’intégration dans des actions de diplomatie économique ; 
- Une offre de services spécifique, assurée par le réseau des "correspondant French Tech" : celui-ci réunit 60 administrations partenaires œuvrant à simplifier et à accélérer les services publics pour les entrepreneurs : financement, développement international, recrutement, propriété intellectuelle, etc (Banque de France ; Inpi ; Urssaf ; douanes; etc) ;
- Un accompagnement sur les enjeux réglementaires ;
- L’accès à une communauté d’entreprises à fort potentiel, avec des partages d’expériences entre entrepreneurs du French Tech Agri20, et des autres programmes de la Mission French Tech (French Tech 120; French Tech Green20 etc) ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média